TUNISIE
22/05/2018 17h:48 CET | Actualisé 22/05/2018 17h:52 CET

Traité de "catastrophe" par un député, le président de l'Assemblée l'interdit de parole pour les 3 prochaines séances parlementaires

Les tensions ont frôlé l'altercation physique.

Thierry Bresillon via Getty Images

Traité de “la plus grande catastrophe de l’Assemblée” par le député Fayçal Tebini, le président de l’ARP, Mohamed Ennaceur a décidé d’interdire la parole au député pendant trois séances, chose contraire au règlement intérieur de l’Assemblée des Représentants du Peuple.

 

Suite à cet échange houleux, plusieurs députés ont réagit en protestation contre la décision de Mohamed Ennaceur, alors que d’autres se sont attaqués à Tebini.

Le bloc parlementaire de Nidaa Tounes a de son côté immédiatement demandé la levée de la séance, considérant les propos tenus contre Ennaceur comme “humiliants” aussi bien pour le président de l’ARP que pour l’Assemblée elle même, demandant à ce que le député s’excuse.

“Au nom de Nidaa Tounes, je demande la levée de la séance, jusqu’à ce qu’on discute de ce qui s’est passé, et des vraies motivations de ce député pour qu’il tienne un discours pareil” a demandé le président du bloc parlemantaire de Nidaa Tounes, Mongi Harbaoui.

S’adressant au président de l’ARP, le député du Front Populaire, Aymen Aloui, a pour sa part qualifié cette décision de “lâche” et “illégale”, avant de pratiquement répéter les propos de Tebini, et s’attaquer au pouvoir en place.

“La présidence de cette Assemblée est catastrophique pour la Tunisie, la majorité de cette assemblée est catastrophique pour la Tunisie, la présidence de la République est catastrophique pour la Tunisie, le gouvernement est catastrophique pour la Tunisie” s’est-il emporté.

 

L’opposante du Courant Démocrate, Samia Abbou, a quant à elle préféré rappeler au président de l’Assemblée que personne n’a le pouvoir de juger les propos d’un député, lui signalant que sa décision est anticonstitutionnelle.

“Vous avez peut-être jugé son discours inacceptable, mais pour moi, il est tout à fait normal. Donc personne n’est qualifié pour évaluer une quelconque intervention d’un député” a-t-elle déclaré.

“J’ai cru que vous alliez sanctionner les députés qui se sont levés pour venir agresser le député Fayçal Tebini. Je sais très bien où vous voulez arriver. Vous voulez réprimer tous ceux qui vous critiquent. Je vous conseille donc d’arrêter les dépassements, au lieu d’essayer d’étouffer les critiques” a ajouté Samia Abbou.

 

Le député du bloc du Front populaire, Ammar Amroussia a également défendu la liberté d’expression au sein de l’ARP, comparant la politique de Mohamed Ennaceur à celle de Wadi El Jari, président de la Fédération Tunisienne de Football.

Il a également appelé Mohamed Ennaceur à immédiatement revenir sur sa décision, lui rappelant que celle-ci est contraire au règlement intérieur de l’Assemblée, qui ne limite aucunement la liberté d’expression des députés.

“Je suis certain que si le discours avait été tenu par un député d’un des partis au pouvoir, votre réaction ne serait pas la même” a-t-il ajouté.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.