TUNISIE
01/03/2019 18h:54 CET

Tunisie : Seuls 15% des partis politiques ont déclaré leur patrimoine

Quinze pour cent (15%) des partis politiques et 400 associations (sur un total de 20 mille) se sont conformés à l’obligation de déclaration de patrimoine

Anadolu Agency via Getty Images

Quinze pour cent (15%) des partis politiques et 400 associations (sur un total de 20 mille) se sont conformés à l’obligation de déclaration de patrimoine, a déclaré ce vendredi, le président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), Chawki Tabib.

Les partis politiques et les associations qui devraient logiquement consacrer les principes de transparence et de redevabilité se voient déroger à la loi n° 2018-46 du 1er août 2018 portant sur la déclaration des biens et intérêts, et la lutte contre l’enrichissement illicite et le conflit d’intérêt dans le secteur public, a-t-il regretté à l’ouverture d’un atelier de travail à Tunis sur ” la base de données de la population soumise à la déclaration de patrimoine “.

”La non-conformité de ces partis et associations à l’obligation de déclaration de patrimoine aura des conséquences quasi inévitables sur les prochaines échéances électorales “, a-t-il averti.

”Jusqu’au 28 février 2019, quelque 128650 personnes ont déclaré leurs patrimoines “, a-t-il souligné.

” Bien qu’elles ne soient pas concernées par la déclaration, 8 mille personnes sur l’ensemble des déclarants se sont soumises volontairement à cette procédure. Cela ne peut que refléter l’engagement de la société dans la lutte contre la corruption “, s’est-il félicité.

Par ailleurs, Tabib a appelé les partis et les associations dissous à régler leurs situations avec la présidence du gouvernement, indiquant que la suspension de leurs activités ne peut en aucun cas dispenser leurs dirigeants du devoir de déclaration stipulé par le texte de loi.

Il a également fait observer que le plus grand défi de l’INLUCC consiste à garantir la continuité dans l’exécution et le respect de cette loi.

La loi impose à l’INLUCC d’assurer la supervision et le contrôle des déclarants, ainsi que le suivi des questions relatives à la deuxième déclaration en cas de démission, de changement de la fonction, ou encore en cas de changement fondamental dans le patrimoine financier du déclarant.

” L’INLUCC a, jusque-là, envoyé environ 8 mille avertissements aux réfractaires “, a-t-il ajouté.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.