LES BLOGS
02/05/2018 15h:46 CET | Actualisé 02/05/2018 15h:46 CET

Tunisie: Pourquoi de tels prix seraient une honte pour ces primés

Seulement, ils oublient qu’à force de réactions et d’apprentissage de la démocratie, nous gagnerons certainement en vaccination et nous nous en sortirons.

NurPhoto via Getty Images

Si j’avais à donner un prix doctorat honoris causa, je l’aurais décerné à tous ceux et toutes celles qui ont inventé l’inimaginable et déloyal plan machiavélique du printemps arabe à partir de mon pays.

J’appellerai à la chaire pour commencer les anciens du gouvernement de Ben Ali, parti en vrille. Jusqu’à la dernière minute, ils ont observé un lâche silence qui a laissé fleurir la peur, de fausses rumeurs et de mauvaises infos pour mieux nous assujettir et faire passer le gros boulet de révolution sans travers de gorge. C’est par la peur et l’ignorance que nos peuples ont solidement été toujours manipulés.

J’appellerai à la chaire tous ceux qui étaient en exil et qui ont été préparés depuis fort longtemps. Puis instantanément dirigés par les mêmes forces occultes pour vite s’emparer du pays-bateau-gâteau. J’appellerai surtout leur chef pour le féliciter de tant de patience-absence, de tolérance et de son obscure obéissance.

J’appellerai également à la chaire à l’international tous ces entrepreneurs de droits de l’homme et ONG fallacieuses qui tels des oiseaux de mauvaises augures se sont ramassés pour nous déchiqueter selon un plan préétabli à travers des instances plus ou moins controversées.

J’appellerai aussi à la chaire au national tous ces pseudo-militants de tous les partis qui ferment les yeux sur les abus et laissent pousser la corruption et le terrorisme ne se souciant que de leurs petites et i-virtuoses personnes.

J’appellerai à la chaire tous ces hommes politiques et hauts responsables du pays qui ont été tour à tour dans ces successifs gouvernements de la honte les plus piètres ambassadeurs que la Tunisie ait connue. Ils ont honteusement défiguré le savoir tunisien en matière de politiques et affaires étrangères. Ils ont été les pires messies pour notre pays le malmenant de droite à gauche entre les mercenaires des pays du Golfe et leurs alliés.

J’appellerai à la chaire ceux qui acceptent des élections boudées aux taux non représentatifs fait de partis pourris qui ne reculent devant aucune vomissure sur un peuple abusé, appauvri jusqu’à la moelle et qui n’a même plus ses yeux pour pleurer.

J’appellerai à la chaire toutes ces femmes et ces hommes qui se prostituent au plus loin de leur personne pour vendre leur pays au plus offrant en se pavanant sans aucune honte dans des campagnes électorales “mi-putes mi-maquereaux”.

Et pour finir, j’appellerai à la chaire les gros poissons et les forces occultes pour qui ce printemps ingénieusement concocté avec zéro perte et de gros bénéfices secondaires en ventes d’armes et en richesses spoliées. Tout cela sur le dos d’un printemps arabe dans des pays arabes qui n’ont connu du printemps que ses orages, ses allergies et de graves réactions secondaires.

Seulement, ils oublient qu’à force de réactions et d’apprentissage de la démocratie, nous gagnerons certainement en vaccination et nous nous en sortirons.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.