LES BLOGS
25/06/2018 09h:43 CET | Actualisé 25/06/2018 09h:43 CET

Tunisie: Politique, spectacle et vacuité. Autant en emporte le vent!

Nul doute que dans ce sport, un art visuel mais où, les techniques et les méthodes de préparations sont devenues quasi scientifiques, il ne suffit plus d’invocations religieuses ou de compter sur sa bonne étoile pour s’assurer d’une victoire!

Albert Gea / Reuters

Vaillants joueurs mais, ô combien malchanceux ... On a perdu honorablement ... On a été desservi par le tirage ... Ce ne sont que des extraits du florilège de sornettes entendues!

Quand on aura fini ce blabla, on pourra peut-être alors parler sérieusement et réfléchir calmement pour mettre un peu de pensée dans le débat.

La participation tunisienne au mondial de foot ne sera plus bientôt qu’une parenthèse à refermer! Soyons raisonnables! Franchement que pourrons nous espérer? Fichtre, que le Panama nous concède une ultime victoire dans la dernière partie à disputer, une sorte de baroud d’honneur!

À défaut d’avoir réussi à transcender le mouvement revendicatif du bassement matériel pour nous hisser vers l’univers de la connaissance, de la pensée humaine, du raffinement et du culturel, les événements de 2011 ont permis de mettre à nu, des facettes ignorées des personnalités et des attitudes déplorables, largement observées chez nos concitoyens, longtemps refoulées et qui relèvent d’un triste emploi des facultés intellectuelles. La fuite des défis et la recherche de la facilité et ce dans tous les champs d’action, partisans du moindre effort et mus par l’appât du gain rapide, roublardise et grignotage sur le temps de travail, quand il n’est pas bâclé et sur la qualité des prestations ... avec in fine, pour seul slogan: tout, tout de suite et pour tous!

J’en parle pour faire le parallèle avec le foot car à l’instar de ce qui a suivi la chute du régime, les meetings footballesques internationaux dévoilent les vices de notre politique sportive, ses limites, ses maux et ses gangrènes, les malversations scandaleuses des dirigeants qui se distinguent par le fait que, sans s’étonner et loin de toute éthique, les équipes lauréates des trophées et les relégations en divisions inférieures sont connues dès le démarrage de la saison. Nul doute que dans ce sport, un art visuel mais où, les techniques et les méthodes de préparations sont devenues quasi scientifiques, il ne suffit plus d’invocations religieuses ou de compter sur sa bonne étoile pour s’assurer d’une victoire! Aucune place pour le tâtonnement et on n’avance guère au petit bonheur la chance! Les maitres mots dans cette activité sont: travail, abnégation, discipline et rigueur, qualités qui manquent cruellement à nos joueurs, ni doués ni besogneux et qu’on n’a pas vus mettre vraiment du coeur à l’ouvrage! Puis, tout est dans le mental, avoir la rage de vaincre, la volonté d’être gagneur, combattif et combattant est avant tout, un état d’esprit et une mentalité!

Cela ne vaudrait pas la peine de s’attarder sur la prestation de l’entraineur si pieux qui, au vu de son bilan, n’a même pas justifié les émoluments grassement perçus de notre contribution, nous, pauvres citoyens, qui ne demandons qu’un peu de joie, de fierté et pouvoir un peu rêver! Voyez, je cède moi-même à la tentation de la facilité en disant laconiquement, que c’est à l’image de tout dans ce pays, où on n’a hélas, plus goût à rien! Redescendons sur terre et revenons à nos moutons pour nous occuper de notre vécu qui tend de plus en plus et inexorablement à être miséreux.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.