MAGHREB
08/05/2014 14h:19 CET | Actualisé 08/05/2014 14h:19 CET

Tunisie: Le président Moncef Marzouki présente "les excuses de l'Etat" aux victimes de la torture

Facebook
La cérémonie de la journée nationale de lutte contre la Torture au Palais Dhiafa à Carthage le 8 mai 2014

Le président de la République Moncef Marzouki a présenté ce jeudi les "excuses de l'Etat tunisien" aux victimes de la torture et à leurs familles, qui en ont souffert durant les 50 dernières années.

Cette déclaration intervient à l'occasion de la célébration de la Journée nationale de lutte contre la torture, au Palais Dhiafa, à Carthage.

Marzouki a, par la même occasion, appelé la société civile à la vigilance pour empêcher que l'Etat ne trouve des justifications aux comportements qui portent atteinte à la dignité humaine.

"Soyez sûrs que l'Etat s'emploiera à combattre la torture et à réhabiliter les victimes de ce fléau", a-t-il déclaré, ajoutant que "la protection de l'intégrité physique et la sécurité des citoyens sont parmi les priorités de l'Etat".

"La lutte contre la torture n'est pas une bataille occasionnelle mais un combat de tous les jours (…) qui requiert de trouver des mécanismes sociétaux pour observer et éradiquer ce fléau", a-t-il aussi dit.

Marzouki a en outre expliqué que la torture est une pratiques qui existe dans tous les régimes politiques, notant que les lois ne peuvent, à elles seules, éradiquer ce fléau. Cela nécessite, d'après le président, une évolution au niveau des mentalités et une société civile solide pour faire face à ce phénomène.

Marzouki a expliqué le choix de la date du 8 mai pour célébrer la journée nationale de lutte contre la torture comme étant sa proposition personnelle pour commémorer le décès, le 8 mai 1987, du militant Nabil Barakati (Parti des Travailleurs), estimant que "cette commémoration représente une victoire remportée sur tous les tortionnaires et bourreaux".

Le rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Juan Mendez, a affirmé lors de cette cérémonie que la Tunisie post-révolution a réalisé d'importantes avancées en matière de lutte contre la torture, notamment au plan législatif, et ce par l'adoption du protocole facultatif à la convention de lutte contre la torture, la mise en place d'un mécanisme de prévention de la torture et la création d'une Instance de la Vérité et de la Dignité.

Il a estimé que l'adoption d'une nouvelle Constitution pour la Tunisie est une étape importante dans cette phase de transition, d'autant que l'article 23 de la Constitution interdit toutes formes de torture physique et morale qui demeure un crime imprescriptible.

LIRE:Tunisie - Moncef Marzouki: "Notre avenir est dans la mer" (VIDÉO)

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.