MAGHREB
23/04/2014 13h:10 CET

Tunisiens enlevés en Libye: Deux Libyens emprisonnés en Tunisie entendus par un juge d'instruction

Flickr/Bryn Pinzgaue
Tripoli en Libye vu d'en haut

Deux Libyens emprisonnés en Tunisie depuis 2011 doivent être entendus comme témoins par un juge d'instruction après l'enlèvement de deux Tunisiens en Libye, a appris l'AFP auprès du Parquet mercredi.

Le parquet tunisien a récemment ouvert une enquête sur l'enlèvement, à près d'un mois d'intervalle, de deux employés de l'ambassade de Tunisie à Tripoli, dont un diplomate.

LIRE AUSSI:La Tunisie "disposée à mettre son expérience de transition démocratique au profit de la Libye"

Les autorités tunisiennes ont indiqué que les ravisseurs exigeaient la libération de "terroristes libyens" condamnés à 20 ans de prison pour leur implication dans un échange de tirs en mai 2011 à Rouhia (nord-ouest de la Tunisie), dans lequel deux militaires tunisiens étaient morts.

"Le juge d'instruction a déjà entendu comme témoin l'un des Libyens condamnés par la justice militaire pour les événements de Rouhia dans le cadre de l'enquête sur l'enlèvement", a dit à l'AFP le porte-parole du parquet, Sofiène Sliti.

L'autre doit aussi être entendu de la même manière, à une date qui n'a pas été précisée, a-t-il ajouté.

Le 21 mars, un employé de l'ambassade de Tunisie à Tripoli, Mohamed Ben Cheikh, a été enlevé dans la capitale libyenne. Le 17 avril, un diplomate tunisien, Al-Aroussi Kontassi, a été enlevé à son tour dans la même ville.

Un groupe djihadiste a publié une vidéo de Mohamed Ben Cheikh dans laquelle l'otage supplie le président tunisien de négocier avec ses ravisseurs. L'enregistrement ne fait pas mention d'Al-Aroussi Kontassi, enlevé selon Tunis par le même groupuscule.

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, a déclaré que la Tunisie ne négocierait pas sous la pression.

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.