TUNISIE
01/10/2018 16h:26 CET

Tunisie: L'épidémie de la fièvre du Nil occidental est à nos portes? Le ministère de la Santé précise

Un mort et trois cas confirmés en Tunisie.

Getty Images/Flickr RF

 Un mort et trois cas d’infection au virus du Nil occidental (West Nile) ont été confirmés en Tunisie. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé, Imed Hammemi, dans une déclaration accordée ce lundi 1er octobre 2018 à Jawhara Fm.

L’épidémie s’étend ?

D’après de nombreuses sources concordantes, le virus est en train de se propager peu à peu notamment dans la région du Sahel, de Sfax et de Kairouan. 11 cas suspects ont été détectés, a précisé la directrice générale de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes (ONMNE), Insaf Ben Alaya sur les ondes de Mosaïque Fm. Elle a révélé qu’un vieil homme, né en 1945, originaire de la ville de Msaken relevant du gouvernorat de Sousse est décédé probablement à cause de ce virus.

Selon la même source, le risque épidémique est favorisé par la pluviomètrie importante et les fortes températures enregistrées ces derniers jours en Tunisie et dans les pays méditerranéens. En effet, les récentes chutes de pluie accompagnée de fortes vagues de chaleur, coïncidant avec le passage des oiseaux migrants, provoquent la prolifération des moustiques, premiers responsables de la transmission de ce virus, a fait savoir  Insaf Ben Alaya à Jawhara Fm.

“La situation est sous contrôle,” rassure le ministre de Santé

 “Ce n’est pas encore une épidémie,” souligne de son côté le ministre Imed Hammemi. D’après lui, il s’agit plutôt de “cas isolés”.  

Comparant aux centaines de personnes infectées en Europe notamment en France et en Italie, la Tunisie est à l’abri d’une telle propagation du virus, explique-t-il en rappelant que la vigilance reste toutefois importante afin d’éviter de nouvelle contamination.

 Il a noté qu’une stratégie de prévention et de lutte contre ce genre de virus a été mise en place. D’ailleurs, un plan d’action sera dévoilé ce mardi pour contrôler et lutter efficacement contre ce virus. 

Par ailleurs, le ministre des Affaires locales et de l’Environnement, Riadh Mouakher, a estimé, à Mosaïque Fm,  que la propagation de ce virus en Tunisie n’est pas en phase d’épidémie, comme était le cas auparavant durant les années 96, 97, 2003 et 2012.

Il est à rappeler qu’en 2012, la Tunisie a enregistré 565 cas suspects dont 37 confirmés, 416 cas suspects dont 7 avérés en 2013 avant de passer à 341 cas douteux dont 5 seulement confirmés en 2014. “En 2015, il y a eu 176 cas suspects dont 14 confirmés, alors qu’en 2016 et 2017, il n’y a eu aucun cas”, dévoile Insaf Ben Alaya à Express Fm.

Elle a indiqué qu’une stratégie commune entre les différents ministères concernés a été adoptée pour contrôler la situation et limiter la propagation du virus. 

Elle ajouté que le ministère de la Santé a procédé au renforcement du système de contrôle de cette maladie, et ce en collaboration avec le ministère de l’Agriculture tout en assurant que toutes les mesures préventives ont été prises dont notamment le traitement des oueds et autres marécages afin d’empêcher la prolifération des moustiques porteurs dudit virus.

Qu’est ce que c’est le virus du Nil occidental ?

Le virus du Nil occidental est transmis par les moustiques comme pour le paludisme ou la dengue, est rarement observé chez l’homme. Ce dernier ne ne peut être transmis à l’humain que par le biais d’une piqûre de moustique, rappelle la directrice générale de l’Observatoire national des maladies nouvelles et émergentes. 

“Il n’est pas contagieux entre humains et ne se transmet pas d’un sujet sain à un autre contaminé,” martèle-t-elle en expliquant que l’origine du virus est les oiseaux migrants et les moustiques contaminés sont le vecteur de contamination.

Voici quelques mesures simples pour éviter les piqûres de moustiques

 Pour en faire face, il est impératif de se protéger des piqures de moustiques et d’adopter certains réflexes afin de se prémunir de ces infections. 

- Porter des vêtements longs et clairs et de s’asperger d’un chasse-moustiques à base de DEET ou d’icaridine.

- Eliminer les sources d’eau stagnante, entretenir les piscines et les systèmes de filtration, couvrir les poubelles et installer des moustiquaires sur les réservoirs d’eau de pluie.

- Installer des moustiquaires sur les portes et fenêtres pour empêcher les moustiques d’entrer dans les résidences.

Enfin, toute personne présentant une fièvre accompagnée de maux de tête et de dos, de douleurs musculaires, d’un gonflement des ganglions du cou, d’une éruption cutanée, voire des troubles du comportement ou des propos incohérents doit consulter son médecin.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.