TUNISIE
08/06/2018 15h:14 CET | Actualisé 08/06/2018 15h:59 CET

Tunisie: Le spectre de la pénurie des médicaments refait surface !

Un autre médicament concerné.

Les médicaments sont en rupture de stock de façon très régulière depuis quelques mois en Tunisie et l’inquiétude face à ce problème ne cesse pas d’augmenter. Aujourd’hui c’est au tour du produit “Xylocaine” utilisé pour l’anesthésie local. En effet, un signal de détresse a été lancé par  Dr. Faouzi Addad, professeur en cardiologie à l’hôpital Abderahmane Mami de l’Ariana, sur son compte Facebook, le 6 juin 2018, concernant la pénurie du médicament à l’établissement où il exerce. 

Partageant une publication sur son compte personnel sur le réseau social Facebook avec une photo à l’appui, le Dr Addad a écrit : ‘’La dernière ampoule de “Xylocaine’’ à l’hôpital de l’Ariana, ce matin. Une pénurie qui dure des semaines et qui arrive à sa fin”. Les médecins ont été obligés d’annuler toutes les interventions nécessitant ce produit selon ses dires. Avec une grande amertume, il a continué dans le même post: “On a atteint le fond du fond. Si les médecins quittent les hôpitaux ce n’est pas uniquement pour des raisons financières mais, surtout, pour cela. On a perdu espoir’’.  Une publication qui en dit long sur la situation du secteur de la santé en Tunisie.

Une pénurie causée par les dettes de la pharmacie centrale

Dans une déclaration accordée au HuffPost Tunisie, le Président de l’Ordre des médecins tunisiens, Dr. Mounir Youssef Makkni, a affirmé que la pénurie actuelle de ce produit est due à un problème de mauvaise gestion de la part de la pharmacie centrale. Il a, aussi, indiqué que la crise que vit la pharmacie centrale joue un rôle important dans cette affaire étant donné qu’elle est incapable de payer ses fournisseurs, ceci augmente le risque de pénurie des médicaments. Il a souligné que le produit “Xylocaine’’ n’est pas le seul médicament anesthésiant touché par la pénurie, sans spécifier quels sont les médicaments concernés.

Il est à rappeler que les agents et les cadres de la pharmacie centrale de Tunisie ont lancé, le 27 mars 2018 un signal d’alarme contre la baisse des stocks de médicaments et le non-remboursement des dettes qui s’élèvent à plus de 800 millions de dinars par les établissements hospitaliers au profit de la pharmacie centrale.

UNIMED affirme la disponibilité de produit

Autre son de cloche du côté d’une responsable à l’unité de fabrication de ce produit UNIMED, qui a assuré à la TAP qu’une quantité de ces anesthésiants a été livrée  mercredi 7 juin à la pharmacie centrale.

Des responsables incapables de clarifier la situation

 Face au flou qui entoure le sujet, le HuffPost Tunisie a tenté de rejoindre un responsable du ministère de la Santé pour obtenir plus de précision concernant la pénurie du produit anesthésiant “Xylocaïne” mais en vain.

Le chargé de communication du ministère de la Santé Chokri Nafti nous a demandé de se diriger vers Ines Fradi, la directrice de la pharmacie et des médicaments du ministère de la Santé, en évitant de donner une déclaration au sujet de la polémique. Face à l’insistance, Fradi a fini par ne plus répondre à nos appels. 

La seule déclaration sur sujet émane du président-directeur général de la pharmacie centrale de Tunisie, Aymen Mekki, affirmant à la TAP, vendredi, que le produit anesthésiant “Xylocaïne”est disponible en abondance dans les dépôts de la pharmacie centrale depuis jeudi matin.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.