LES BLOGS
23/09/2019 09h:14 CET | Actualisé 23/09/2019 09h:14 CET

Tunisie: Kais Saied ou le Forrest Gump tunisien

Il court seul (...) sourd aux appels des électeurs et des médias nationaux pour développer plus les idées succinctes, raides et froides dans son programme, tel Forrest Gump!

NurPhoto via Getty Images

Une histoire dans le Saint Coran raconte comment une fratrie a jeté un des leurs dans un puits, et plus près de nous, un candidat retenu pour le second tour de l’élection présidentielle croupit en prison. Quel rapport biscornu et quelle comparaison saugrenue, me diriez-vous?

À première vue, aucun, mais observez que dans les deux histoires, il est question de Youssef!

Même si, El Karoui est loin d’être un saint ou avoir les qualités d’un prophète et que d’autre part, on nous a tellement rebattu les oreilles avec le refrain de l’indépendance de la justice dans notre pays, chose, qu’on ne peut qu’y croire...

Afin d’éviter tout malentendu, je déclare n’apporter mon soutien à aucun des candidats en lice et je juge que leur combat n’est pas le mien! Seulement, je m’inquiète du clivage alarmant qui en découle, annonciateur d’une fissure dans la société comme si le régionalisme, jadis larvaire et désormais montant, ne nous suffit pas! On s’époumone à nous expliquer que la Tunisie sera divisée en deux et qu’il faudrait choisir son camp et faire le bon choix, comme disait Giscard! Il y aura celui des lumières, du savoir et des grands esprits qui voteront Saied et l’autre des maffioso avec les gens du bas, à savoir, les gueux, les affamés du ventre, les sans dents ...bref, les quémandeurs de macaroni, comme on se complait, conjugaison de stupidité et de suffisance, à les appeler ; ceux-là iront voter en faveur de El Karoui. Un mode de pensée binaire prosaïque et archaïque, fonctionnant en termes de bien et de mal, de noir et de blanc, de méchants et de gentils, d’honnêtes et de corrompus ...

Ce dernier peut-être un malfrat, une fripouille, un évadé fiscal, un scélérat et on peut tout lui coller sur le dos sauf qu’à partir du moment que l’instance a validé sa candidature pour le premier tour, je pense qu’il doit, au nom du principe de l’égalité des chances, pouvoir bénéficier des mêmes conditions, à commencer par la présence physique que son challenger, lequel court seul, sillonner le pays, ne se souciant guère de l’entourage, sourd aux appels des électeurs et des médias nationaux pour développer plus les idées succinctes, raides et froides dans son programme, tel Forrest Gump!

Je ne connaissais Si Saied qu’à travers ses apparitions sur le plateau du JT de 20 heures, invité toujours seul, donc sans contradicteur, pour apporter son éclairage sur des questions constitutionnelles, son terrain de prédilection. Il débite ses explications sur un ton monocorde, sans expressions du visage, sans la moindre émotion dans une attitude quasi déshumanisée!

Objectivement, c’est un universitaire à la retraite, autrefois apprécié par ses étudiants et décrit par ses pairs comme rigoureux voire, affligé de jansénisme.

Je ne peux porter aucun jugement fiable sur lui, sinon qu’il me parait sombre, opaque, intellectuellement rigide et qu’il ratisse extra large et suscite l’engouement, de l’extrême gauche aux courants salafistes. En outre, certains veulent nous le vendre comme le porte parole providentiel d’une jeunesse révoltée, désarçonnée, en rupture totale avec le pouvoir en place et contre le système, tous les systèmes! Des jeunes qui bidouillent sur les terrasses des cafés et se retrouvent dans l’espace virtuel, et c’est là que se trouve pour moi, la supercherie! Mon intelligence peine à se convaincre de l’attitude boy scout et l’esprit bon enfant qui anime ces petits lutins et ce joyeux microcosme!

Le dimanche du vote, la participation au scrutin a stagné jusqu’à quinze heures et soudain, un signal a été donné et des horloges ont sonné pour une descente massive vers les bureaux de vote ... S’il y a des horloges, c’est qu’il y a un horloger!

Je n’ai pas dans l’immédiat des preuves tangibles mais je flaire la présence, ô combien pesante, d’un organisme bien structuré, de pointe, s’apparentant à la sulfureuse “Cambridge analytica” et opérant dans l’univers virtuel et le domaine des “Big data”, agissant sur les données et les opinions personnelles des gens pour les manipuler, canaliser leurs orientations et dénicher des marqueurs et des mots clés scintillants, lesquels se verront par la suite, parsemer le discours du cavalier choisi. D’ailleurs, tout porte à croire que ces “jeunes” vont encore remettre le couvert pour les législatives et rafler la mise, ne laissant que des bribes pour les partis traditionnels qui se retrouvent de fait laminés, écrasés, leurs candidats ridiculisés et, momifiés, ils n’auront pas le temps nécessaire pour revoir leurs copies et rebondir.

Dans un dernier soupir et un râle d’agonisant, certaines voix appellent à l’union de la soi-disant famille centriste, une entité aux contours variables et un concept vague qui n’existe que dans l’esprit de ceux qui en font l’usage, car dénué de socle idéologique et ne reposant que sur des reliques du néo-destour et l’héritage bouguibien ...

In fine, je crois qu’il ne faut pas être frileux, hermétique au changement, alarmiste, catastrophé et qu’au contraire, il faut accepter les revers de la démocratie, prendre de la hauteur pour admettre qu’il y a une dynamique de l’histoire, qu’un vent nouveau souffle sur le pays, une sorte de révélation épiphanique et espérons le, salvatrice, qui va chasser tous ces godillots de l’assemblée et balayer toute cette crasse gouvernante, tous ces petits jactancieux, incapables, sans vision et aveuglés par leurs égos démesurés qui, des années durant, ont berné le peuple par des promesses chimériques et un discours vaseux, ne se préoccupant réellement que du partage entre eux, des privilèges et de l’auto attribution des postes de convenance...

Cependant, avec le changement qui s’annonce, on doit maintenir la garde, rester vigilants, veiller farouchement sur le maintien des libertés individuelles et sur la préservation des acquis de la femme tunisienne.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.