MAGHREB
03/12/2013 12h:03 CET | Actualisé 04/12/2013 05h:07 CET

Tunisie: Jalloul Ayed favori contre Chawki Tabib? Hamma Hammami contre-attaque

wikimedia

Mahmoud Baroudi le disait lundi, Jalloul Ayed serait sur le point d'être l'heureux élu à la tête du gouvernement.

Ces propos n'étaient pas du goût de tous et à un jour (théoriquement) de l'annonce tant attendue du quartet, Hamma Hammami contre-attaque.

"Ce qu'a affirmé Mahmoud Baroudi n'est pas exact. Il dit qu'il y a eu un accord sur la personne de Jalloul Ayed et que le Front populaire n'y voit pas d'inconvénient, mais ce ne sont pas les échos que nous avons!", a-t-il rétorqué.

"Nous n'avons pas entendu Ennahdha ou le CPR soutenir Jalloul Ayed et inversement, nous n'avons pas eu vent d'un quelconque refus concernant la candidature de Chawki Tabib. De plus, Ennahdha, hier encore, réitérait son attachement à la candidature d'Ahmed Mestiri", poursuit le leader du Front populaire.

"Si nous n'avons pas exprimé notre refus au sujet de Jalloul Ayed, qui n'avait obtenu que deux soutiens lors du dialogue national, cela ne veut pas dire que nous le pensons apte à mener cette période. Il faut que les discussions se focalisent sur le programme du futur gouvernement et non sur les personnes", a-t-il martelé.

La bataille entre Chawki Tabib et Jalloul Ayed a été confirmée ce matin par Abdessatar Ben Moussa, un des représentants du quartet.

"Nous ne voulons pas évoquer de noms mais ils ont été maintes fois cités dans les médias. Une fois que Mohamed Ennaceur et Ahmed Mestiri ont été écartés, il s'avère que Chawki Tabib et Jalloul Ayed se détachent. Si les partis arrivent demain avec un nouveau nom sur lequel tout le monde serait d'accord, alors soit. Mais pour l'instant, cela se joue entre ces deux candidats", a-t-il déclaré.

"Demain devrait être un jour décisif et j'espère que ce sera un jour heureux. Dans tous les cas, il faut qu'on en finisse, personnellement je n'en peux plus", a-t-il conclut.

Le dialogue national lancé le 25 octobre dernier a été suspendu le 4 novembre. Après de nombreux reports, Houcine Abassi a annoncé que le destin du dialogue serait connu ce mercredi. Depuis près d'un mois, des réunions entre les représentants du quartet et les leaders des partis politiques se sont multipliées sans qu'aucune solution n'ait été trouvée. Avec une feuille de route mort-née, la crise politique perdure depuis le 25 juillet, jour de l'assassinat de Mohamed Brahmi.

LIRE:Il faudra attendre mercredi pour connaître le destin du dialogue national

Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.