MAGHREB
02/02/2015 11h:47 CET | Actualisé 02/02/2015 12h:21 CET

Tunisie: Le nouveau gouvernement de Habib Essid en chiffres

Après plus d'une semaine de pourparlers, Habib Essid a révélé la nouvelle composition de son gouvernement. Si de nombreuses personnalités préservent leur ministère, des changements notables sont à relever.

LIRE AUSSI:Composition du nouveau gouvernement Essid intégrant Ennahdha et Afek Tounes

Le principal changement réside dans la participation d'Ennahdha au sein de ce gouvernement, une participation qui a fait couler beaucoup d'encre et créé des dissensions au sein de Nida Tounes.

Zied Ladhari, porte-parole d'Ennahdha, a ainsi été choisi à la tête du très délicat ministère de l'Emploi et de la Formation professionnelle. Ennahdha gagne en outre plusieurs secrétariats d'Etat.

Des sympathisants du parti de Béji Caïd Essebsi avaient mis en garde dimanche contre l'entrée des islamistes au gouvernement, en organisant notamment une manifestation devant le siège du parti.

Présent sur les lieux, Taïeb Baccouche, secrétaire général de Nida Tounes est allé dans le sens des protestataires. "Il est normal que le parti majoritaire soit au pouvoir et le deuxième (Ennahdha) dans l’opposition, de manière à consacrer l’alternance pacifique au pouvoir", avait-il alors déclaré dimanche à la presse. M. Baccouche a été maintenu à la tête du ministère des Affaires étrangères.

Mais le grand gagnant de ces négociations sera Afek Tounes qui, avec seulement 8 députés à l'Assemblée des représentants du peuple, parvient à obtenir autant de ministères que l'UPL de Slim Riahi (16 députés). Avant l'annonce de la première composition, Afek Tounes avait décidé de quitter la table des négociations, critiquant les méthodes opaques de Habib Essid et de Nida Tounes dans la formation du gouvernement.

Enfin, les grandes perdantes restent les femmes. Avec seulement 3 ministères, la parité est très loin d'être réalisée et les hommes s'octroient la part du lion.

Le 2ème gouvernement Essid en chiffres

41 membres au gouvernement

Mené par Habib Essid, ce gouvernement se compose de:

  • 25 ministères (2 ministères ont été ajoutés à la composition initiale, ceux de l'Environnement et des Domaines de l'Etat)
  • 2 ministres auprès du chef du gouvernement
  • 1 secrétaire général
  • 14 secrétaires d'Etat

5 formations politiques

Le premier gouvernement proposé par Habib Essid était essentiellement composé de représentants de Nida Tounes et de l'Union patriotique libre (UPL, de Slim Riahi), avec un secrétariat d'Etat pour un député représentant la coalition du Front national du salut (FSN). Le gouvernement est à présent élargi au parti islamiste Ennahdha et au parti libéral Afek Tounes.

Un petit jeu de chaises musicales s'est opéré pour les représentants de l'UPL et Mohsen Hassan, annoncé précédemment au Tourisme, a été éjecté, remplacé par Selma Elloumi Rekik (députée Nida Tounes qui avait été annoncée à l'Emploi et à la Formation professionnelle).

Samira Meraï, ancienne députée d'Afek Tounes, remplace la féministre Khadija Cherif au ministère de la Femme.

Le gouvernement se compose donc de:

  • 9 membres de Nida Tounes dont 6 ministres et 3 secrétaires d'Etat
  • 4 membres d'Ennahdha dont 1 ministre et 3 secrétariats d'Etat
  • 3 ministres d'Afek Tounes
  • 3 ministres de l'UPL
  • 1 Secrétaire d'Etat du FSN (Touhami Abdouli)

8 députés

Dans cette nouvelle composition gouvernementale, 8 députés ont été nommés à des postes ministériels. Dans le cas de l'obtention de la confiance de l'Assemblée et de l'entrée en fonction du gouvernement, ces derniers devront quitter leur poste d'élu.

  • 3 députés Nida Tounes: Selma Elloumi Rekik, Said Aidi et Lazhar Akremi
  • 2 députés Afek Tounes: Yassine Brahim et Noômane Fehri
  • 2 députés Ennahdha: Zied Ladhari et Boutheina Ben Yaghlane
  • 1 député FSN: Touhami Abdouli

8 femmes

Sur 42 membres du gouvernement (en comptant Habib Essid), figurent seulement 8 femmes, soit moins de 20%. Les femmes n'occupent que 11% de postes ministériels et près de 36% de secrétariats d'Etat.

Les trois ministres:

  • Selma Elloumi Rekik (Nida Tounes): ministre du Tourisme et de l'Artisanat
  • Samira Meraï (Afek Tounes): ministre de la Femme, de la Famille et de l'Enfance
  • Latifa Lakhdhar (indépendante): ministre de la Culture

Les cinq secrétaires d'Etat:

  • Boutheina Ben Yaghlane, secrétaire d'Etat auprès du ministre des Finances et Amel Azzouz, chargée de la coopération internationale sont toutes deux membres d'Ennahdha.
  • Majdoline Cherni, soeur de Socrate Cherni, lieutenant de la Garde nationale tué dans une attaque attribuée à des jihadistes, sera en charge du dossier des martyrs et blessés de la révolution.
  • Amel Nafti, chargée de la production agricole et Lamia Zribi, secrétaire d'Etat auprès du ministre du Développement, de l'Investissement et de la coopération internationale, ne sont affiliées à aucun parti politique.

Habib Essid doit à présent convaincre les députés de l'Assemblée lors de la plénière consacrée au vote de confiance dont la date a été fixée au mercredi 4 février. Il devra obtenir le vote favorable d'au moins 109 députés (la majorité absolue). Si ses chances de réussite étaient minces à la suite de l'annonce de la première équipe gouvernementale, la participation d'Ennahdha (deuxième force politique représentée à l'Assemblée, avec 69 députés), devrait lui garantir une large majorité.

Ces voix s'ajouteraient donc à celles de Nida Tounes avec ses 86 élus (sans compter une partie de voix dissidentes), de l'UPL (16 députés) ou encore d'Afek Tounes (8 députés).

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.