MAGHREB
13/11/2015 10h:31 CET

En Tunisie, les femmes ayant un poste à responsabilité sont très minoritaires, selon l'OIT

Capture écran
Organisation Internationale du Travail

La Tunisie est classée 89ème par le rapport publié par l'Organisation Internationale du Travail voulant illustrer la place des femmes-cadres dans le monde jusqu'à 2012.

On ne compte ainsi que 14,8 % de femmes détentrices d'un poste exécutif dans le secteur public ou privé en Tunisie.

Sur 108 pays, le classement a compté le pourcentage des femmes cadres à tous les niveaux: PDG d'entreprises, directrices ou chefs exécutifs, cadres commerciaux, etc.

En se basant sur ce rapport, Expert Market, société de services commerciaux, a crée une carte afin de montrer où les femmes managers sont susceptibles de se trouver dans le monde.

Le Maroc, l'Algérie et la région MENA

Au niveau maghrébin, le Maroc et l'Algérie arrivent après la Tunisie. Classé 94ème, le Maroc comptabilise 12,8% de femmes cadres, tandis que l'Algérie arrive en avant-dernière position, juste avant le Pakistan. Elle ne compte que 4,9% de femmes avec des postes à responsabilité dans les secteurs publiques et privés.

Ce faible taux de femmes aux commandes d'entreprises ou d'institutions publiques se trouve "en particulier dans la région MENA, indique le rapport, où le faible taux de participation des femmes à la vie active est le plus bas à l'échelle mondiale". En effet, en plus du Bangladesh (105ème place) et du Pakistan (108ème place), les autres pays inclus dans la liste des dix derniers du classement sont: les Emirats (99ème), l'Egypte (100ème), Oman (101ème), le Liban (102ème), l'Arabie Saoudite (103ème), le Qatar (104ème), la Jordanie (106ème) et l'Algérie (107ème).

La Jamaïque en tête

C'est la Jamaïque qui, avec 59,3% de femmes cadres, est en tête du classement. Elle est suivie de la Colombie (53,1%) et de Sainte-Lucie (52,3%)

Selon Expert Market, comparé au reste du monde, c'est en Amérique latine que la proportion de femmes ayant des postes à responsabilité est la plus importante.

Le rapport de l'OIT garde à "l'esprit que les données ne sont pas toujours de la même année pour chaque pays", puisque certains pays n'effectuent pas une mise à jour annuelle du nombre de femmes cadres, que ce soit dans le service publique ou privé.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.