MAGHREB
07/04/2014 04h:35 CET | Actualisé 10/04/2014 12h:12 CET

Tunisie - Environnement: 300.000 tonnes de déchets dans les rues, le gouvernement lance une campagne nationale de propreté

flickr/rustyclark
Tunisie - Environnement: Le gouvernement lance une campagne nationale de propreté

"La Tunisie lance, du 10 avril au 10 mai 2014, le mois de la propreté avec la participation de la société civile, des citoyens et des médias appelés à participer à l’effort national de propreté", a annoncé, dimanche, le secrétaire d’Etat chargé des affaires régionales et locales, Abderrazek Ben Khalifa.

Lors d’un point de presse tenu au siège du ministère de l’Intérieur, Ben Khalifa a indiqué que 300.000 tonnes de déchets sont accumulées dans les rues.

Equipements "en panne" et agents de propreté malades

Environ 600.000 mètres cubes de déchets solides s’amoncellerait dans les différentes régions du pays. Le volume des déchets de construction a augmenté de 30% au cours de 2013.

Le secrétaire d’Etat a précisé que la majorité des municipalités ne disposent pas d’équipements nécessaires pour l’enlèvement des déchets.

Sur les 1100 équipements destinés au ramassage et à l’enlèvement des ordures, 850 seraient en panne et le rendement des 11.000 agents de la propreté auraient baissé, a regretté Ben Khalifa. Le nombre de certificats de maladie présentés par les agents de la propreté à la municipalité de Tunis est passé de 42 en janvier 2009 à 265 en janvier 2013.

Il a fait savoir qu’un accord sera signé prochainement entre la Tunisie et la Banque mondiale pour le financement, moyennant des investissements estimés à 300 millions de dinars, du programme d’investissement communal afin de contribuer à l’amélioration du rendement des municipalités.

Le responsable a ajouté que les ressources financières extérieures des municipalités ont été renforcées en 2014 à la faveur de l’enveloppe de 30 millions de dinars attribuée par l’Agence française de développement aux municipalités, outre un financement de 82 millions de dinars accordé par la commission européenne.

Par ailleurs, Ben Khalifa a annoncé le démarrage de l’exploitation d’un nouvel espace à la décharge contrôlée de Borj Chékir, utilisée par 34 municipalités.

Le secrétaire d'Etat chargé du développement durable Mounir Mejdoub, a également souligné, lors d'une visite d'inspection dans la zone du centre urbain nord de Tunis, que des mesures ont été adoptées pour trouver une solution aux déchets de construction. Des carrières qui n'étaient plus exploitées depuis des années ont été identifiées au niveau de chaque gouvernorat et seront transformées pour collecter et recycler ces déchets.

"Des procédures ont été lancées pour élaborer des textes de lois et des sanctions contre les contrevenants", a dit M. Majdoub.

Pas la première

Lancé, pour une fois, à échelle nationale, la campagne de propreté n'est toutefois pas une première en Tunisie.

En réponse à la grève des agents municipaux du Grand Tunis entamée le 10 janvier 2014, le ministère de l'Intérieur avait décidé d'organiser une campagne de propreté exceptionnelle dans le gouvernorat.

Annulée sous pression des grévistes avant même le démarrage, la campagne n'aura pas fait long feu.

Au cours des dernières années, plusieurs gouvernorats s'étaient mobilisés sous le même concept, notamment dans le Grand Tunis en septembre 2012 et à Manouba en avril 2013.

A l'initiative du ministère du Tourisme, le dernier projet en date vise en particulier les régions touristiques. Signé début avril 2014, un accord entre les ministères du Tourisme et de l'Intérieur visera a inciter, avec 3 millions de dinars à la clé, une quarantaine de municipalités au grand nettoyage.

La société civile a récemment multiplié les actions environnementales. Alors qu'à Monastir, les habitants ont redécoré les conteneurs de déchets, un Tunisien de 39 ans s'est, lui, lancé avec succès dans le business du recyclage et des internautes partagent leurs photos sur les réseaux sociaux, notamment ici.

LIRE AUSSI: