MAGHREB
30/08/2013 11h:08 CET | Actualisé 30/08/2013 11h:37 CET

La Tunisie se prononce contre une intervention militaire étrangère en Syrie

Facebook/Présidence de la République TN

Le ministre des Affaires étrangères, Othmane Jerandi, a déclaré au terme d’une réunion du Conseil Supérieur de Sécurité tenu ce vendredi 30 août au Palais de Carthage que “l’utilisation d’armes chimiques contre les civils constitue un virage dangereux” dans le conflit syrien. “La Tunisie condamne fermement l’utilisation massive des armes et l’utilisation d’armes chimique interdites par les conventions internationales, quelle qu'en soit leur provenance” et d’ajouter “nous attendons le résultat des enquêtes de l’ONU pour connaître la partie responsable de cette attaque”.

Le ministre a fait savoir que tout en étant “solidaire avec le peuple” syrien, la Tunisie refuse “toute intervention étrangère dans un pays souverain”. “Une intervention étrangère aura des conséquences graves pas seulement pour la Syrie mais aussi pour toute la région, et même au-delà.”

M. Jerandi a insisté sur l’importance des “solutions politiques” et “pacifiques” qui seraient “plus efficaces” pour résoudre le conflit syrien.

Le gouvernement tunisien qui est resté muet depuis l’annonce d’une éventuelle intervention militaire en Syrie, clarifie finalement sa position et exprime son refus.

Déclaration de M.Othman Jerandi, ministre tunisien des Affaires étrangères

Lundi 2 septembre, les ministres des Affaires étrangères des pays membres de la Ligue arabe se réuniront pour adopter une résolution condamnant le président syrien comme responsable de l'attaque chimique du 21 août à Damas. L’Algérie a déjà émis des réserves et appelé à attendre les résultats de l’enquête onusienne. Le Maroc est en revanche plutôt favorable. Dans un communiqué rendu public le 27 août, le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération a déclaré prendre le régime syrien “pour responsable des évènements et des conséquences qui en découleront” et appelé "la communauté internationale à œuvrer pour trouver une solution à même de sauver le peuple syrien et lui fournir des aides urgentes".

Lire >>La Syrie divise le Maghreb