TUNISIE
25/02/2016 04h:52 CET

Tunisie: Condamnations par contumace pour le fondateur du principal groupe jihadiste

AFP

Au moins 14 personnes, dont le fondateur du principal groupe jihadiste tunisien Abou Iyadh, ont été condamnées mercredi à des peines de prison pour des attaques contre les forces de l'ordre en 2013, a-t-on appris de source judiciaire.

Dans une première affaire, liée à l'explosion à l'été 2013 d'un engin piégé à proximité d'un poste de la garde nationale à la Goulette, près de Tunis, 10 personnes au total ont écopé de peines allant de six à 32 ans de prison, a indiqué à l'AFP le tribunal de première instance de Tunis.

Selon la même source, les six accusés jugés par contumace ont été condamnés à 32 ans d'emprisonnement, parmi lesquels Seiffallah Ben Hassine, alias "Abou Iyadh". Poursuivi pour "incitation à commettre des crimes terroristes", ce fondateur du groupe jihadiste interdit Ansar Asharia aurait été tué lors d'une frappe américaine en Libye en 2013. Son sort reste toutefois incertain.

Deux agents de sécurité ont dans la même affaire été reconnus coupable "d'adhésion à un groupe terroriste" et d'avoir joué un rôle d'indicateurs, a-t-on ajouté. Ils ont écopé de six et 14 ans de prison ferme.

Abou Iyadh a également été condamné mercredi à une peine de 20 ans de prison ferme pour son implication présumée dans une attaque contre des gendarmes à Goubellat (nord-ouest), qui avait fait deux morts, a-t-on souligné de même source.

Trois autres accusés ont écopé de peines comprises entre six ans et la perpétuité.

La Tunisie fait face depuis 2011 à un essor de la mouvance jihadiste dont les attaques ont coûté la vie à des dizaines de policiers et de militaires.

L'an dernier, le pays a été frappé par trois attentats majeurs revendiqués par le groupe Etat islamique, qui ont fait 72 morts (59 touristes et 13 agents des forces de l'ordre).

De source officielle, plusieurs dizaines de Tunisiens sont actuellement poursuivis dans des affaires liées au "terrorisme".

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.