LES BLOGS
04/03/2019 18h:11 CET | Actualisé 05/03/2019 11h:36 CET

Tunisie: Ben Ali est mort

On entend de part et d’autre que “beaucoup de gens” souhaiteraient le retour de Ben Ali.

Zoubeir Souissi / Reuters

On entend de part et d’autre que “beaucoup de gens” souhaiteraient le retour de Ben Ali.

Tout d’abord je ne sais pas qui sont ces gens et qui les a compté.

Avant tout il est indéniable que le désert politique, le manque de charisme de la classe politique, le manque d’idées “fortes” que la courageuse nation tunisienne attend, laisse le tunisien sur sa faim.

Donc ce “beaucoup de tunisiens” qui seraient nostalgiques... seraient nostalgiques de quoi au juste?

Nostalgiques d’un président qui a pris la poudre d’escampette au premier cri du peuple tunisien à qui le monde entier a tiré son chapeau?

Nostalgiques d’une vulgaire kleptocratie de bas étage?

Nostalgiques d’un Ben Ali qui ”était à peine digne d’être désigné comme un dictateur” tant il était vide politiquement?

Nostalgiques d’un homme dont la femme lui rappelait tous les matins en le “rasant”, qu’elle avait le dernier mot?

Nostalgiques d’une belle famille qui au delà du racket de l’économie nationale avait un “droit de cuissage”? 

Nostalgiques de rues “propres” au détriment de la dignité du tunisien sous toutes ses formes?

Nostalgiques de l’auto-détestation que le Benalisme a imposé par la peur à pratiquement tous les tunisiens?

Nostalgiques que Ben Ali puisse propulser sur la scène économique nationale des nains comme son gendre à peine sevré?

Nostalgiques d’une ancienne classe politique aux ordres et qui avait interdiction de penser la chose publique sans son accord? 

Nostalgiques du faux rêve économique tunisien sans “ruissèlement économique”?

Nostalgiques d’une belle famille présidentielle dont le QI conjugué était au stade de l’anormalité sociale?

Nostalgiques de ceux qui par leurs simples patronymes semaient la terreur dans l’administration et les ministères?

Alors à ceux qui sont “nostalgiques”,  à ceux qui aiment la soumission, à ceux qui aiment vivre sous la peur, aux opportunistes qui ont profité du gâteau avec Ben Ali, à ceux qui n’ont aucune dignité,  je dis que moi élevé dans l’honneur je préfère cette Tunisie d’aujourd’hui - qui suit son chemin malgré la situation chaotique - car je n’échangerai ni ma dignité ni mon honneur contre la construction d’un pont, le goudronnage d’une rue, d’un bout d’autoroute, sous le couvert d’un miracle - mirage - économique habilement maquillé avec des chiffres faussés.

Alors oui je préfère la situation -catastrophique- d’aujourd’hui avec une guerre entre le Palais et la Kasbah, oui je préfère l’inconsistance des acteurs politiques, oui je préfère le vide politique des partis à la Tunisie de Ben Ali.

Et j’aime à penser que la Tunisie d’aujourd’hui s’en sortira car un pays s’en sort toujours quand il est allé chercher sous les yeux du monde entier cette part de lui même...trop longtemps confisquée.

J’aurai été tenté de dire: “Vive la Tunisie”, mais je me contenterai pour l’instant de dire: “Vive le Peuple Tunisien”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.