MAGHREB
30/11/2015 12h:04 CET

Tunisie: La stupéfaction des internautes tunisiens après le discours du président de la République Béji Caïd Essebsi

Facebook/Nida tounes
Béji Caïd Essebsi

Dimanche soir, un quart d'heure avant le couvre-feu instauré sur le Grand Tunis de 21h à 5h du matin depuis l'attentat perpétré le 24 novembre contre un bus de la garde présidentielle, le discours du président de la République Béji Caïd Essebsi était très attendu.

Le couve-feu allait-il être levé? De nouvelles mesures allaient-elles être prises dans le cadre de la lutte anti-terroriste? Annoncé par la présidence de la République plus tôt dans la journée, les spéculations allaient bon train sur les réseaux sociaux concernant le contenu de ce discours.

Mais 17 minutes de discours plus tard, rien de tout cela... Et les internautes tunisiens étaient quasiment unanimes. Entre incompréhension, stupéfaction et indignation, cette allocution a été accueillie par de nombreuses critiques.

Haro sur les grèves

"Je vais focaliser essentiellement sur le sujet du terrorisme", promet Béji Caïd Essebsi au début de son discours. Mais après deux minutes, il n'en était plus question.

Pas de mots rassurants, ni de mesures remarquables... Quelques généralités plus tard, Béji Caïd Essebsi se focalise rapidement sur les négociations qui divisent actuellement la Centrale syndicale (UGTT) et le Patronat (UTICA), sur le thème de la nécessaire "paix sociale" et en invoquant comme argument l'obtention du prix Nobel par le Quartet parrain du dialogue national dont font partie les deux organisations.

"En réalité il ne devrait pas du tout y avoir de grève car on doit dialoguer et parvenir à un résultat", a estimé le président de la République.

Les querelles internes de Nidaa Tounes en plat principal

Mais là encore, le président de la République n'a pas donné davantage de détails sur la nature des désaccords entre le syndicat ouvrier et le patronat, les exhortant à trouver une solution avant la remise du prix Nobel, le 10 décembre prochain.

Pour le plat principal, les Tunisiens auront eu droit aux querelles internes en cours au sein du parti qu'il a fondé et qui a remporté les élections de 2014.

Il passera ainsi plus d'une dizaine de minutes à commenter la légitimité de l'Instance constitutive sur le Bureau exécutif. La première étant aux mains de son fils Hafedh Caïd Essebsi et le second préféré par le camp adverse, celui de Mohsen Marzouk, ce détail n'ayant pas échappé à certains internautes.

Evoquant l'organisation d'un congrès, une guerre de leadership et les querelles émaillant considérablement le parti qu'il a officiellement quitté après son élection à la Présidence, Béji Caïd Essebsi a également annoncé dans son allocution sa solution pour sortir de la crise. Il a ainsi nommé à l'écran les personnalités issues de Nidaa Tounes (qui ne seraient "pas au courant" de cette initiative) chargées de réunir les différents points de vue.

Le parti avant la patrie?

Introduisant ces dissensions partisanes, Béji Caïd Essebsi a répété une de ses expressions récurrentes: "La Patrie avant les partis", assurant qu'il ne s'était pas ingéré dans les affaires de Nida Tounes depuis son élection, dans le "respect de l'article 76 de la Constitution", qui interdit au président de la République d'avoir une quelconque responsabilité partisane.

Mais cette précision n'a pas réellement convaincu, l'ancienne députée Karima Souid accusant le Président en exercice d'avoir violé la Constitution.

Ce sera tout pour aujourd'hui et en réponse au discours anticonstitutionnel du Président de la République hier sur les...

Posté par Karima Souid sur dimanche 29 novembre 2015

Plusieurs internautes se sont également indignés de ce mélange des genres, qui rappelle selon eux le parti-Etat au pouvoir pendant les régimes dictatoriaux de Bourguiba et de Ben Ali.

Résultat, la stupéfaction sur les réseaux sociaux était largement relayée, notamment par des personnalités politiques et de la société civile.

Il faut dire à BCE que le peuple bloqué chez lui suite à un attentat , en état d'urgence , une allocution au sujet des...

Posted by Yamina Thabet on Sunday, November 29, 2015

Enfin, comme à chaque fois, les internautes tunisiens n'ont pas manqué d'humour...

"Celui qui est mort paralysé par le discours du Président est un martyr"

Nida Tounes est ravagé par des querelles internes qui ont conduit à des violences verbales et physiques entre les partisans des deux camps, à Hammamet, en marge de la réunion de son bureau exécutif, début novembre. Depuis, une trentaine de députés du parti ont annoncé le gel de leurs adhésion et leur possible démission du groupe parlementaire, dénonçant des pratiques inacceptables de la part du camp de Hafedh Caïd Essebsi, fils du président de la République et vice-président de Nida Tounes. Ce dernier s'oppose au camp de Mohsen Marzouk, secrétaire général du parti.

La matinée du lundi 30 novembre, des partis politiques de l'opposition ont accusé Béji Caïd Essebsi d'avoir enfreint la Constitution. Le Mouvement du Peuple a appelé à une audition du président de la République Béji Caïd Essebsi suite à son discours télévisé.

Galerie photo Les internautes réagissent au discours de Béji Caïd Essebsi Voyez les images