MAGHREB
25/11/2015 04h:43 CET | Actualisé 25/11/2015 04h:53 CET

Attentat en Tunisie: Quand la toile tunisienne inonde la page Facebook de Mark Zuckerberg sur le "security check"

ASSOCIATED PRESS
An ambulance rushes to the scene of a bus explosion in the center of the capital, Tunis, Tunisia, Tuesday, Nov. 24, 2015. An explosion hit a bus carrying members of Tunisia’s presidential guard in the country’s capital Tuesday, killing at least 12 people in what the Interior Ministry called a “terrorist act”. (AP Photo/Hassene Dridi)

Alors qu'il venait de publier une vidéo, le créateur de Facebook Mark Zuckerberg s'est fait "spammer" par des internautes tunisiens déçus que le réseau social n'ait pas activé son "security check" comme il l'avait fait lors des attentats de Paris.

Le "security check" est une option du réseau social qui avait été une première fois activée lors du tremblement de terre au Népal. Ce module permet aux utilisateurs de Facebook d'indiquer à leur "amis" sur Facebook qu'ils vont bien, afin que leurs proches ne soient pas inquiets ou pour ne pas être inondés de messages. Cette option a été activée récemment lors des attentats de Paris.

Check out this 360 video of the Blue Angels by USA TODAY. They're some of the world's best pilots flying incredibly...

Posté par Mark Zuckerberg sur mardi 24 novembre 2015

Plusieurs internautes tunisiens ont aussi réclamé le drapeau tunisien comme photo de profil à l'instar du drapeau français regrettant un "deux poids, deux mesures" dans l'empathie de Facebook vis à vis des attentats.

Facebook permet en effet d'ajouter des filtres sur sa photo de profil, comme cela était le cas lorsque le mariage entre personnes de même sexe avait été légalisé aux Etats-Unis. Le filtre du drapeau français était également disponible après les attentats de Paris qui ont fait 130 morts et touché des civils.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.