ALGÉRIE
23/05/2018 12h:23 CET | Actualisé 23/05/2018 12h:25 CET

Tumultes autour de la sortie du film "Alger By Night" de Yaniss Koussim

“Alger by Night” est le premier long-métrage du réalisateur Yaniss Koussim.

Alger By Night/FB
Image du film Alger By Night

Yaniss Koussim, réalisateur et scénariste algérien vient de terminer le montage de son premier long-métrage “Alger by Night”. Un film qui braque les projecteurs sur le monde de la nuit à Alger. Seulement, le film peine à voir le jour. Dans une lettre ouverte publiée sur sa page Facebook, le réalisateur dénonce toutes sortes d’embûche qui entravent la sortie de son film.

 

 

Yaniss Koussim a commencé la réalisation de son film “Alger By Night” en 2014, qui est une coproduction entre l’Algérie, la France et la Norvège. Il reçoit plusieurs financements algérien et étrangers notamment l’aide du Doha Film Institut pour le Qatar, et le ministère de la Culture à travers le Fonds de développement de l’art, de la technique et de l’industrie cinématographiques.

Depuis le début de la réalisation de “Alger By Night”, Yaniss Koussim ne cesse de braver les difficultés pour mener à terme son projet artistique. Suite à un conflit avec ses producteurs, il se voit priver des images de son film pendant quatre ans. Il ne les récupère que fin 2017 et aussitôt il entame le tournage de la suite de “Alger By Night”.

“C’est qu’après avoir bataillé 4 ans pour récupérer les images de mon film j’ai, en octobre 2017, enfin repris le travail là où on m’avait arrêté. Le miracle du cinéma avait opéré encore une fois et, après un peu plus de 7 semaines de montage, j’avais entre les mains une version qui se tenait de “Alger By night” vers la mi-février 2018″ peut-on lire sur sa lettre ouverte.

Mais le réalisateur n’est pas au bout de ses peines avec son film. En déposant la copie finale de son film au ministère de la Culture au début du mois mai pour obtenir la dernière tranche d’aide du ministère de la culture sensée payer la post-production, Yaniss Koussim n’obtient aucun retour.

Inquiet, le réalisateur retourne au ministère pour s’informer de la situation. Il apprend par la production algérienne de son film, qu’un passage du film a été déposé au ministère de la culture en décembre 2017 et en le visionnant la vidéo le ministère l’a jugé “choquant” lit-on sur la lettre ouverte.

Dans sa lettre,Yaniss Koussim affirme ne pas savoir qui a pris cette initiative ni pourquoi.

“Ce dont je suis certain, c’est que toutes les versions du scénario de mon film que le ministère de la culture a eu entre les mains sont conformes à ce que j’ai filmé”, affirme Yaniss Koussim. Il souligne également qu’aucun écrit ne lui a été adressé pour clarifier la situation de son film. Et tout ce qu’il a appris à ce jour vient de “bruits de couloir”, précise-t-il.

Selon “la rumeur’ toujours, Yaniss Koussim apprend que désormais le sort de “Alger By Night” est entre les mains du président des commissions du Fdatic, Ahmed Béjaoui.

Pour mettre fin à ces tumultes qui entourent son film, Yanis Koussim, appelle les responsables du cinéma du pays au dialogue. “Installons-nous autour d’une table, et j’arriverai à vous convaincre sans peine qu’il n’y a rien à censurer dans mon film” souligne-t-il.

Il affirme, cependant, vouloir mettre tous les moyens à sa disposition pour finir son film. Il estime qu’il y va de sa fiabilité auprès des fonds nationaux et internationaux qui ont soutenu son cinéma.