MAROC
12/04/2019 11h:45 CET | Actualisé 12/04/2019 16h:09 CET

Tuerie d'Imlil: Un Suisse condamné à 10 ans de prison à Rabat

C’est le premier a être condamné dans cette affaire.

Facebook
Maren Ueland et Louisa Vesterager Jespersen ont été retrouvées sans vie le 17 décembre dernier près du mont Toubkal.

JUSTICE - Au début du mois de février, le juge d’instruction chargé des affaires de terrorisme près l’annexe de la Cour d’appel à Salé auditionnait le suspect Hispano-suisse arrêté dans le cadre de l’enquête sur le meurtre des deux touristes scandinaves à Imlil deux mois plus tôt. Ce 11 avril, un autre Suisse a été condamné à 10 ans de prison pour ses liens avec les auteurs du meurtre. Il est le premier a être condamné dans cette affaire. 

Le suspect de 33 ans, Nicolas, est installé à Rabat depuis quelques années où il est ”technicien en publicité informatique”, précise la MAP. Le père de deux enfants a été arrêté le 29 décembre 2018 à Marrakech et connaissait Kevin, l’Hispano-suisse, un compatriote qu’il aurait rencontré à la mosquée après qu’ils se soient tous les deux convertis à l’islam, d’après le quotidien suisse 24heures.

Ce 11 avril, à Rabat, il a été jugé coupable de trois chefs d’accusation:  “constitution d’une bande en vue de préparer et commettre des actes terroristes visant à porter gravement atteinte à la sûreté de l’État”, “aide préméditée à des auteurs d’actes terroristes” et “entraînement de personnes en vue de rejoindre une organisation terroriste et apologie du terrorisme”.

“Nicolas affirme qu’il ne connaissait pas les islamistes qui auraient décapité les deux touristes. Il connaissait en revanche des volontaires du djihad partis de Genève combattre en Syrie. C’est sur cette base et en avouant ses relations qu’il serait tombé pour complicité”, précise la Radio Télévision Suisse francophone (RTS), qui cite son avocat et sa famille. 

Il a écopé de 10 ans de prison ferme. Une condamnation dénoncée par son avocat, Me Khalil Drissi, qui affirme que “tous les chefs d’accusation ont été retenus alors que la seule pièce de l’accusation est un PV de la police rédigé en arabe que Nicolas ne parle pas”. D’après 24heures, il fera appel dès aujourd’hui.

Kevin, lui, est poursuivi pour des faits “de constitution d’une bande en vue de préparer et commettre des actes terroristes visant à porter gravement atteinte à la sûreté de l’État, l’aide préméditée à des auteurs d’actes terroristes, l’entraînement de personnes en vue de rejoindre une organisation terroriste et apologie du terrorisme”. D’après le quotidien suisse qui cite son avocat, il devrait être jugé dans les prochains jours. “Aucune date précise n’a encore été communiquée”. Les quatre principaux suspects n’ont, eux, pas encore été jugés. En tout, 25 personnes au total suspectées d’être impliquées dans l’affaire ont été déférés devant le juge d’instruction.