MAROC
07/10/2019 16h:36 CET

Trump va laisser la Turquie mener une offensive en Syrie, inquiétudes pour les Kurdes

Les Kurdes syriens en avaient appelé un peu plus tôt à la communauté internationale, et en particulier aux États-Unis, craignant d'être frappés militairement par les forces militaires de Recep Tayyip Erdogan.

DELIL SOULEIMAN VIA GETTY IMAGES
Dimanche 6 octobre, des Kurdes syriens ont manifesté à proximité d'une base gérée par la communauté internationale et notamment les États-Unis. Ils voulaient alerter quant au risque de voir la Turquie les frapper militairement. 

SYRIE - La Maison Blanche a annoncé ce dimanche 6 octobre que les troupes américaines stationnées en Syrie allaient se retirer des abords de la frontière turque car la Turquie va “bientôt” mettre en oeuvre une “opération prévue de longue date” dans le nord du pays. Ce retrait a d’ores et déjà débuté ce lundi, d’après des responsables kurdes locaux et des ONG. 

La présidence des États-Unis a fait cette annonce dans un communiqué rendant compte d’une conversation téléphonique entre Donald Trump et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. “Les forces américaines ne vont pas soutenir ou être impliquées dans l’opération et les forces américaines, qui ont vaincu le ‘califat’ territorial de l’État islamique, ne seront plus à proximité immédiate”, a précisé la Maison Blanche.

La présidence n’a donné aucun détail sur cette opération turque, mais la menace d’une offensive contre les populations kurdes de la région plane. D’autant que le président turc avait affirmé mardi dernier que la Turquie arrivait à bout de sa patience vis-à-vis des États-Unis au sujet de la création d’une zone de sécurité dans le nord de la Syrie, menaçant de l’imminence d’une opération militaire. ″À ce stade, nous n’avons d’autre choix que de poursuivre sur notre propre voie”, avait déclaré le chef de l’État turc lors d’un discours télévisé.

Le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlüt Cavusoglu, est allé dans le même sens ce lundi 7 octobre, expliquant que son pays était déterminé à “nettoyer” la région. “Depuis le début de la guerre en Syrie, nous avons soutenu l’intégrité territoriale de la Syrie et nous continuerons de le faire. Nous sommes déterminés à protéger notre (...) sécurité en nettoyant cette région des terroristes”, a-t-il déclaré. 

Les Kurdes demandent la protection de la communauté internationale

Cette zone tampon doit être créée entre la frontière turque et les zones syriennes contrôlées par la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), soutenue par les États-Unis et sur laquelle Washington s’est appuyée pour combattre le groupe jihadiste État islamique. Ankara considère cette milice comme une organisation “terroriste”. Samedi 5 octobre, Recep Tayyip Erdogan avait d’ailleurs réitéré sa menace de s’en prendre aux YPG. 

Plus tôt ce dimanche, des milliers de Kurdes syriens avaient manifesté contre ces menaces d’offensive turque. ”À bas Erdogan”, ”À bas l’occupation”, ont scandé les manifestants massés à la frontière près de la localité de Ras al-Aïn. Le cortège a ensuite défilé en direction d’une base tenue par la coalition internationale emmenée par Washington, signe de l’importance de la protection américaine contre Ankara. Les autorités dans la région autonome kurde ont même appelé dans un communiqué la communauté internationale à faire “pression pour empêcher la Turquie de commettre toute agression”.

Une opération militaire turque annulerait des années de combats fructueux des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes, contre l’EI et permettrait aux chefs de l’organisation encore en vie de sortir de leur cachette, ont expliqué en substance les FDS dans un communiqué. Une menace balayée par les autorités turques, qui ont assuré par la voix du porte-parole de la présidence qu’elles continueraient à combattre Daech. 

De son côté, et face au risque d’une répression sanglante de la population kurde en Syrie, l’Organisation des Nations unies à fait part de son inquiétude extrême. “Nous ne savons ce qui va se passer (...) Nous nous préparons au pire”, a déclaré le coordinateur humanitaire de l’ONU pour la Syrie, Panos Moumtzis, lors d’une conférence de presse à Genève. Il a ajouté que l’ONU était “en contact avec toutes les parties” sur le terrain, et déploré que les Américains aient pris la décision de retirer leurs troupes sans en débattre aux Nations unies. 

Dans les secteurs de Ras al-Aïn, Tal Abyad ou encore Kobané, frontaliers de la Turquie, les forces locales ont creusé des tranchées et des tunnels en prévision d’une éventuelle offensive, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Deux précédentes offensives turques ont déjà été menées en 2016 et 2018 dans le nord syrien contre les YPG.

Les combattants européens de l’EI remis à la Turquie

La présidence turque a également rendu compte de l’appel téléphonique entre Donald Trump et Recep Tayyip Erdogan. Mais elle s’est limitée à indiquer que les deux dirigeants se rencontreraient le mois prochain à Washington pour discuter de la mise en place de cette zone de sécurité dans le Nord de la Syrie.

Recep Tayyip Erdogan a exprimé à Donald Trump “sa frustration concernant l’absence de mise en œuvre par l’armée et les services de sécurité américains de l’accord” conclu en août avec Washington sur la création de cette zone, qui doit séparer la frontière turque des territoires kurdes syriens, a-t-elle déclaré dans un communiqué. C’est Donald Trump qui a invité son homologue turc à Washington, a-t-elle précisé.

Dans son communiqué, la Maison Blanche évoque également la possibilité de confier à la Turquie la responsabilité des combattants européens de l’EI actuellement détenus par une coalition arabo-kurde dont l’YPG est le fer de lance.

“Le gouvernement des États-Unis a pressé la France, l’Allemagne et d’autres pays européens, d’où viennent beaucoup des combattants de l’EI capturés, de les reprendre, mais ils ne veulent pas et refusent”, a dit la Maison Blanche. “La Turquie va maintenant être responsable pour tous les combattants de l’EI dans la zone, capturés dans les deux dernières années”, a-t-elle ajouté.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost France.