TUNISIE
30/06/2019 12h:47 CET

Trump entre en Corée du Nord et serre la main de Kim Jong Un

Avec cette visite historique, Donald Trump devient le premier président américain à fouler le sol nord-coréen

INTERNATIONAL - Une poignée de main pour l’Histoire. Ce dimanche 30 juin, Donald Trump a serré la main de Kim Jong Un en zone démilitarisée entre les deux Corées, espace aussi appelé DMZ. 

Jusqu’à maintenant, aucun président américain n’avait rencontré le plus haut dirigeant du Nord à la frontière héritée de la guerre froide. D’ailleurs, Donald Trump est allé plus loin puisqu’il a franchi cette frontière pour se rendre du côté de Pyongyang, à pied, devenant de fait le premier président américain en exercice à fouler le sol de Corée du Nord, comme le montre notre vidéo en tête d’article. “C’est l’expression de sa volonté d’éliminer l’agression du passé et d’ouvrir un nouveau futur”, s’est félicité Kim Jong Un.

Ce à quoi Donald Trump a répondu: “C’est un grand honneur, je ne m’y attendais pas. Franchir cette frontière est un grand honneur. Il y a eu beaucoup de progrès et c’est une belle amitié. C’était au dernier moment donc vraiment je vous remercie. On va se parler un peu maintenant. Beaucoup de choses se passent. On s’est rencontré et on s’est apprécié dès le début. Et c’est très important”. Et le président américain d’ajouter :“C’est un grand jour pour le monde”. Il a également assuré qu’il avait invité son homologue à venir aux États-unis. 

Les deux chefs d’État se sont ensuite isolés pour une réunion côté Sud.

Pour cette visite, Donald Trump était d’ailleurs accompagné du président de la Corée du Sud, Moon Jae-in, et de plusieurs militaires américains. Arrivé peu avant 8heures (heure de Paris) sur  une plateforme depuis laquelle il est possible d’observer le territoire nord-coréen, le locataire de la Maison Blancheavait fait part de sa satisfaction. “Nous allons dans la Zone démilitarisée (DMZ) et je vais rencontrer le président Kim. Je m’en réjouis beaucoup”. 

 

Interrogé en conférence de presse ce samedi, Trump avait par ailleurs confié qu’il n’aurait aucune appréhension à franchir la frontière pour se rendre en Corée du Nord. “Je me sentirai très confortable, je n’y verrais aucun problème”, avait-il commenté. 

Une visite de dernière minute

Comme le relaie l’AFP, c’est à la dernière minute que Kim Jong Un a accepté cette invitation impromptue et surprenante effectuée sur Twitter. Après le sommet du G20 et indiquant son voyage en Corée du Sud, Donald Trump avait proposé dans un Tweet que le leader de Pyongang vienne à sa rencontre en zone démilitarisée : “Juste pour se serrer la main et dire bonjour (?)!”

Après des rencontres importantes, en particulier avec le président chinois Xi, je quitterai le Japon pour la Corée du Sud”, a écrit le président américain à Osaka où il participe au sommet du G20.

“Pendant que je serai là-bas, et si le président Kim voit ce message, je pourrais le rencontrer à la frontière/DMZ juste pour lui serrer la main et dire bonjour (?)!”, a-t-il ajouté, laissant planer le doute.

Cette poignée de main intervient par ailleurs dans un contexte où le rapprochement entre les deux pays donne des signes de blocage en raison de leur différend sur le programme nucléaire de Pyongyang. Washington un renoncement définitif au programme nucléaire avant d’envisager une levée des sanctions internationales, ce que le Nord refuse. 

La dernière rencontre entre les deux chefs d’État remonte à février lors d’un sommet à Hanoï. Ils s’étaient quittés précipitamment sans aucun accord, et sans même de déclaration commune.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.