TUNISIE
03/06/2019 12h:03 CET

Trump atterrit à Londres en insultant son maire Sadiq Khan

Le président américain est arrivé au Royaume-Uni pour une visite d’État de trois jours, et ça commence bien...

AFP
Donald et Melania Trump à l'aéroport de Stansted, Londres, le 3 juin 2019

 

INTERNATIONAL - Un atterrissage pas vraiment en douceur. Donald Trump est arrivé à Londres ce lundi 3 juin pour une visite d’État de trois jours au Royaume-Uni. Au programme, banquet avec la reine, réunion avec Theresa May, et commémorations du débarquement.

Mais avant tout cela, c’est par un tweet tonitruant dont il a désormais l’habitude que le locataire de la Maison Blanche a signalé son arrivée.

Dans un message posté sur le réseau social juste avant que son avion ne se pose à l’aéroport de Stansted, Donald Trump s’en est pris au maire de Londres Sadiq Khan. “Sadiq Khan, qui a fait boulot exécrable en tant que maire de Londres, a fait des commentaires méchants concernant le président des Etats-Unis”, a-t-il écrit, qualifiant au passage l’élu de “loser”.

Dans un second tweet, le président américain n’a pas hésité à comparer Sadiq Khan à un autre homme politique qu’il considère “idiot” et “incompétent”, le maire de New York Bill de Blasio.

 

Et vraisemblablement, même après avoir touché le tarmac londonien, où il était accueilli par Jeremy Hunt, le ministre britannique des Affaires étrangères.  Donald Trump était préoccupé par Sadiq Khan. 

À la BBC, Jeremy Hunt a ainsi raconté que le président américain lui avait fait part de ses “impressions” concernant le maire de Londres. “J’ai vu ce qu’il avait tweeté après. Disons qu’il n’était pas prêt d’accueillir Sadiq Khan avec une cérémonie royale à Londres. Ce qu’il m’a dit était du même acabit que ses tweets”.

Une inimitié qui n’est pas nouvelle

Cette saillie de Donald Trump en amont d’une visite déjà bien en proie aux tensions n’arrive pas de nulle part… Samedi, Sadiq Khan s’est fendu dans le Guardian d’une tribune particulièrement remontée à l’égard du chef de l’Etat américain, le comparant à “un fasciste du 20e siècle”. 

Rappelant que le locataire de la Maison Blanche n’a pas hésité à se servir des attaques de Londres l’été dernier qui ont fait sept morts et 48 blessés pour justifier sa politique migratoire, le maire de Londres écrit :

“Donald Trump n’est que l’un des exemples les plus flagrants d’une menace mondiale croissante. L’extrême droite est en hausse dans le monde entier, menaçant nos droits et libertés durement gagnés et les valeurs qui définissent nos sociétés libérales et démocratiques depuis plus de soixante-dix ans. Viktor Orbán en Hongrie, Matteo Salvini en Italie, Marine Le Pen en France et Nigel Farage ici au Royaume-Uni utilisent les mêmes rhétoriques que les fascistes du 20ème siècle pour gagner leur soutien, mais utilisent de nouvelles méthodes sinistres pour transmettre leur message. Et ils gagnent du terrain et gagnent du pouvoir et de l’influence dans des endroits impensables il y a quelques années à peine.”

Le maire de Londres avait cependant toutes les cartes en main pour voir venir ces tweets. L’été dernier lors d’une visite au Royaume-Uni, Donald Trump avait déjà critiqué le “mauvais travail” de Sadiq Khan. Surtout, il avait- comme il y a quelques jours dans le Sun-, fait les louanges de Boris Johnson, ancien maire de Londres.

Sadiq Khan fait partie des personnalités britanniques qui boycotteront le banquet organisé en l’honneur du président américain à Buckingham Palace. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.