MAROC
04/04/2019 16h:38 CET

Trois personnes extorquent 1.300.000 dirhams à un commerçant en se faisant passer pour des sorciers

Une coquette somme déboursée par la victime pour l'achat de "produits liquides utilisés pour l’invocation de djinns."

MAP/Archives

FAIT DIVERS - Le service préfectoral de la police judiciaire de Rabat a arrêté, mardi et mercredi, trois individus, un Marocain et deux Subsahariens, pour leur implication présumée dans des actes “d’escroquerie et de charlatanisme”.

Selon un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), un commerçant de Rabat a été victime d’une opération d’escroquerie par les suspects, qui lui ont extorqué un montant de 1.300.000 dirhams et des biens meubles contre l’acquisition de “produits liquides utilisés pour l’invocation de djinns sensés rapportés de l’argent”.

Les mis en cause ont affirmé à la victime avoir des pouvoirs surnaturels, consistant en l’invocation des djinns “sensés apporter de l’argent” en utilisant des produits tels que de la gomme arabique (loubane, en dialecte marocain) et du mercure rouge, précise la DGSN.

Bétail immolé

Les suspects ont notamment commis une escroquerie dans la maison de l’un d’eux, en faisant sortir des billets d’argent de boîtes et de sacs, pour induire la victime en erreur et réclamer des sommes importantes d’argent en échange des prétendus produits et liquides qui seraient ensuite utilisés pour rapporter environ 23 milliards de centimes.

Les mis en cause ont également demandé à la victime de les accompagner au Sénégal et l’ont incité à immoler du bétail et à distribuer sa viande, avant que ce dernier ne découvre qu’il s’agissait simplement de rituels s’inscrivant dans le cadre d’escroquerie et de charlatanisme, ajoute le communiqué.

Les trois suspects ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, tandis que les investigations se poursuivent pour arrêter d’autres complices pour leur implication présumée dans un réseau criminel actif dans l’escroquerie, conclut la même source.