ALGÉRIE
19/09/2019 15h:03 CET | Actualisé 19/09/2019 16h:46 CET

Trois morts à Oued R'Hiou: la DGSN donne sa version

La DGSN a donné sa version des faits dans les affrontements qui ont éclaté entre les forces de l’ordre et des habitants de Oued R’Hiou, à Relizane. Un communiqué de la police annonce un décès dans un accident de la route avant de parler de la mort des deux jeunes dans des affrontements, “dont les circonstances seront déterminées par l’enquête et l’autopsie”. 

La DGSN révèle que le policier à l’origine de l’accident n’était pas en fonction, avec “un véhicule privé”. Toutefois, le parquet de Oued R’Hiou a révélé dans un communiqué que le véhicule ayant percuté la motocyclette “appartenait aux services de la police”. 

Une version vite rectifiée pour s’aligner sur celle de la DGSN. “Le parquet général informe qu’après investigation, il s’est avéré que la voiture à l’origine de l’accident est une propriété privée de l’agent de police auteur de l’accident. Il s’agit d’une Renault Mégane de couleur blanche immatriculée à Relizane, elle n’appartient pas aux services de la Sûreté de Oued R’hiou”, a indiqué le procureur général du tribunal de Oued R’hiou dans un nouveau communiqué.

Le quotidien El Khabar, des émeutes ont éclaté vers 22H, suite à une course poursuite contre une motocyclette de type Peugeot 103. Deux jeunes, Fethi Belmehdi et Serrar Mohamed Amine, habitant au quartier de Ouamria, étaient poursuivis. 

Les éléments des forces de l’ordre qui menaient cette course-poursuite ont fini par percuter la motocyclette par derrière, causant la mort de Serrar Amine, âgé de 15 ans, vendeur de fruits et légumes au marché du quartier, poursuit la même journal, citant des sources concordantes. Fethi Belmehdi a de son côté été grièvement blessé au niveau de la tête. Il est dans un état comateux à l’hôpital Ahmed Francis. 

Suite à cet incident, des centaines de jeunes se sont dirigés au commissariat du quartier. Ils l’ont encerclé, tenté de s’y introduire avant de procéder à des jets de pierre. Les forces de l’ordre ont d’abord répliqué en tirant des bombes à gaz lacrymogènes. Puis, poursuit El Khabar, des coups de feu ont été tirés de l’intérieur du commissariat, faisant plusieurs victimes, dont les deux morts, appelés “D.A.D” et “A.M.M”.

 

Le ministère de l’Intérieur a annoncé avoir dépêché une commission d’enquête. Le parquet de Oued R’Hiou a également annoncé l’ouverture d’une enquête.