ALGÉRIE
18/02/2019 12h:32 CET

Trois ans de disette pour le MCA

DR

C’est connu l’argent ne fait pas le bonheur…ni assure la réussite. Le Mouloudia d’Alger, l’un des plus gros budgets du championnat l’a appris à ses dépens. Depuis trois ans, le plus célèbre club de la capitale est au régime sec, toutes compétitions confondues.

Il faut remonter à 2016, pour voir le MCAlger remporter un trophée, en finale de la coupe d’Algérie au dépens du NAHD. Cette année encore le club a fait chou blanc, après son élimination sans gloire en quarts de finale de la Coupe arabe des clubs champions.

Tenu en échec au match aller à domicile (0-0), le MCA n’a pas pesé lourd à Omdurman face aux Soudanais d’Al-Merrikh en s’inclinant lourdement (3-0), sans pour autant “essayer” de tenir tête à un adversaire dont la tâche a été facilitée par une bourde du portier Farid Chaâl sur l’ouverture du score.

“Je pense que nous avons commis aujourd’hui des erreurs inexplicables et inadmissibles à ce niveau de la compétition. Ce n’est pas de cette manière qu’on pouvait se qualifier. Certes, cette élimination est amère, mais il faut maintenant se remobiliser en mettant le cap sur le reste du championnat”, a regretté l’entraîneur du Mouloudia Adel Amrouche, de plus en plus contesté.

Distancé en championnat avec 13 points de retard sur l’ennemi juré et leader du championnat l’USM Alger, le Doyen a également été éliminé en 1/8 de finale de Coupe d’Algérie par le NA Husseïn-Dey. Autant d’objectifs ratés qui devrait pousser les responsables du club à revoir leur stratégie d’achats de joueurs très chers et de dépenses pharaoniques.

L’exemple a suivre viendrait de formations qui ont misé sur la formation à l’image de la JS Saoura, encore qualifiée en phase de poules de la Ligue des champions, ou encore du Paradou AC qui, grâce à une politique de formation, a permis l’ l’éclosion de pépites qui lui permet d’occuper la 3e marche du classement de L1.