LES BLOGS
06/07/2019 17h:18 CET | Actualisé 06/07/2019 17h:18 CET

Tristesse des célébrations inaccomplies

Anadolu Agency via Getty Images

1.    Peut-être qu’ailleurs les fêtes glorieuses sont parfaitement heureuses.

2.    Je ne sais pas. Mais chez nous, les célébrations, même lorsqu’il s’agit de la rencontre stellaire des deux révolutions d’un seul peuple, nouée dans la contraction fulgurante d’un espace de 60 ans, dans l’immense majesté du soleil de juillet, dans la ferveur de l’espoir et de la mémoire mêlés, dans l’extrême beauté de l’histoire en accomplissement, même dans ces circonstances plus qu’exceptionnelles que nous avons le privilège de vivre, chez nous, les célébrations les plus intenses et les plus vraies ne peuvent se libérer de leur voile de tristesse.

3.    La tristesse de savoir que certains parmi nous ne respectent ni le pays, ni le peuple, ni son histoire, ni ses martyrs, ni ses symboles, ni ses combattants, ni le passé, ni le présent, ni l’avenir.

4.    La tristesse de savoir que des Algériennes et des Algériens, ce 5 juillet 2019, sont jetés en prison, privés de liberté, privés de leurs droits les plus élémentaires, pour leur opinions, pour être ce qu’ils sont. 

5.    Aujourd’hui, 5 juillet 2019, nos larmes brûlantes de joie sont aussi des larmes brûlantes de tristesse.