ALGÉRIE
01/03/2016 10h:29 CET | Actualisé 01/03/2016 10h:30 CET

Le traité transatlantique risque d'avoir des implications sérieuses sur l'Afrique du Nord

DR

"Ces accords risquent d’avoir des implications sérieuses sur le continent africain et surtout sur l’Afrique du Nord qui a signé des accords de libre-échange aussi bien avec l’Union européenne qu’avec les USA", estime le SG de l’UMA.

Le Secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe (UMA), Habib Benyahia a alerté ce mardi à Rabat (Maroc) sur le risque que constituerait pour l’Afrique la construction de grands blocs inter-régionaux dans les pays développés.

Dans un discours prononcé à l’occasion de l’ouverture de la 31e session du Comité intergouvernemental d’experts de la Commission économique Afrique pour l’Afrique du Nord (CEA-AN), M. Benyahia a cité le Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement en cours de négociation entre les Etats-Unis et l’Europe et l’accord de partenariat trans-pacifique, signé le mois de février dernier, prévoyant l’intégration des économies des régions Asie-Pacifique et Amérique.

"Ces accords risquent d’avoir des implications sérieuses sur le continent africain et surtout sur l’Afrique du Nord qui a signé des accords de libre-échange aussi bien avec l’Union européenne qu’avec les USA", a-t-il précisé.

Pour lui, ces traités de libre-échange qui "rendront un jour les accords de l’OMC caducs" ne se limitent plus au commerce, mais englobent les services, les questions environnementales, les marchés publics, les mesures sociales .. etc. Il a recommandé, dans ce sens, de mener une étude sur les éventuels impacts de ces accords sur les échanges avec l’Afrique du Nord "afin de prendre les mesures qui s’imposent".

"Une véritable vision au niveau national d’abord"

Convaincu que l’Afrique signera l’accord de libre-échange en 2017, le SG de l’UMA a estimé que la transformation structurelle envisagée pour l’Afrique à l’horizon 2063 nécessitera non seulement le développement du commerce régional ou continental mais "une véritable vision au niveau national d’abord ensuite continentale". "Cette vision doit tenir compte du potentiel existant dans chaque pays", a-t-il dit.

Et d’ajouter que la réalisation d’un développement constant et inclusif, doit combiner le développement des infrastructures et le renforcement du processus d’intégration régionale afin la dépendance des pays africains vis-à-vis de ses marchés traditionnels.

"Parallèlement à cela, un effort doit être entrepris dans le domaine de la facilitation du commerce et la suppression des barrières non tarifaires", a-t-il insisté. Et de recommander : "Il faut instaurer un flux commercial fluide entre nos pays afin de permettre l’accroissement des investissements et l’installation de chaines de valeurs compétitives".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.