TUNISIE
02/07/2018 16h:54 CET

Trafic d'oiseaux protégés: Opération de sauvetage au Souk de Moncef Bey

Selon l’association “Les Amis des oiseaux”, chaque année près de 10 mille oiseaux sont capturés illégalement.

Sami Rebah/FB

Les amoureux des oiseaux ont entamé la semaine sur une note positive. Dans un post publié dimanche sur la page de l’association “Les Amis des oiseaux”, les défenseurs d’oiseaux en Tunisie ont annoncé la saisie d’un grand nombre d’animaux sauvages mis en vente illégalement au Souk de Moncef Bey à Tunis.

“Une importante intervention au Marché “Moncef Bey” a été effectuée par la Brigade Nationale Spécialisée des Forêts et la Police de Tunis suite aux multiples réclamations de l’Association” précise le post.

Fiers de cet exploit, les membres de l’association ont indiqué que “malgré les conditions particulièrement difficiles, les autorités ont pu mettre la main sur de nombreux animaux appartenant à des espèces protégées en Tunisie et “qui étaient en vente dans ce marché de la honte”, selon leurs dires.

Le butin était important: Plus d’une centaine d’oiseaux chanteurs surtout des chardonnerets élégants et des verdiers d’Europe, un aigle botté, une trentaine de tortues terrestres, plusieurs tortues d’eau ainsi que plusieurs caméléons, révèle la même source en notant que les vendeurs se trouvant en infraction ont été sévèrement pénalisés. 

“Notre équipe était sur place pour documenter l’intervention des forces de l’ordre et nous avons récupéré l’Aigle botté afin de lui administrer les premiers soins en attendant qu’il soit présenté à un vétérinaire pour décider de la meilleure façon d’entamer sa réhabilitation” ajoute l’association en soulignant l’importance de ce genre d’action. “Nous encourageons les forces de l’ordre à faire de la sorte à ce que cette intervention soit le début d’une surveillance accrue du Marché Moncef Bey et de tous les endroits en Tunisie où la faune sauvage est illégalement capturée, détenue, maltraitée, exposée, vendue, etc. Et nous demandons aux citoyens et à la société civile d’appuyer l’action des autorités par la signalisation des infractions” martèle-t-elle. 

Cette opération réussie n’est autre que le fruit d’un combat acharné, mené depuis près d’un mois par l’association pour protéger les animaux rares et en voie de disparition. 

En effet, depuis quelques semaines une photo, largement diffusée sur les réseaux sociaux, a provoqué l’émoi populaire. Cette dernière montre des oiseaux protégés dont des flamants roses mis en vente au marché Moncef Bey à Tunis. Cette photo choc a révolté l’association “les amis des oiseaux” qui s’est mobilisée rapidement pour dénoncer ces pratiques dangereuses.

Consciente du danger, l’association a crié haut et fort sur la nécessité de protéger ces espèces rares et a appelé les autorités responsables à agir.  

“Tous les décideurs doivent être mis devant leurs responsabilités vis-à-vis ce fléau qui prive les citoyens d’aujourd’hui et les générations futures de leur patrimoine naturel. Si rien n’est fait, bien d’autres espèces d’oiseaux vont connaitre le sort du Chardonneret élégant, tellement admiré par les amateurs d’oiseaux chanteurs que sa population naturel en Tunisie a pratiquement disparue” regrette-t-elle dans un communiqué publié le 19 juin dernier.

Selon l’association, chaque année près de 10 mille oiseaux sont capturés illégalement. Un chiffre accablant qui reflète la menace qui guette ces espèces protégées par la loi en Tunisie.

Ainsi, la campagne visant le Souk Moncef Bey s’avère fructueuse mais ce n’est qu’un pas d’un long trajet. Il reste encore des batailles à gagner. 

LIRE AUSSI:

Indignation quant à la chasse aux oiseaux en Tunisie: Birdlife International dénonce

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.