TUNISIE
18/10/2018 10h:03 CET

Tout ce qu'il faut savoir sur les JCC 2018 qui débuteront le 03 novembre prochain

206 films de 47 pays seront diffusés du 03 au 10 novembre.

FETHI BELAID via Getty Images

Comme à chaque année, l’annonce de la line-up des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC) est un évènement phare qui rassemble médias, professionnels du cinéma et cinéphiles venus ce mercredi 17 octobre 2018 au petit théâtre à la Cité de la Culture.

Les JCC, c’est un évènement annuel qui se tient sous la direction du Centre National du Cinéma et de l’image (CNCI), avec l’appui du ministère des Affaires Culturelles et autres partenaires et sponsors classiques, tunisiens et étrangers, dont des ministères, la municipalité de Tunis, les ambassades des 4 pays hôtes, la chaîne TV5 et deux instituts de l’enseignement supérieur, l’Ecole Supérieure de l’Audiovisuel et du Cinéma (Esac) et l’Institut de presse et des sciences de l’Information (IPSI). 

Pour cette année, deux nouveaux partenaires se sont engagés, à savoir, l’OIM (Organisation internationale pour les Migrations) et la salle Mahmoud Messaadi à Tunis. 

La grande nouveauté pour cette édition sera le lancement du système de billetterie unique centralisée, le renforcement de “Carthage pro” qui sera la plateforme la plus importante du festival, en plus de la tenue du Forum arabo-latin.

Chiraz Laatiri, présidente générale du CNCI a annoncé que le système de billetterie unique dont l’expérimentation a été faite dans le cadre du 1er festival Manarat est actuellement à la cinémathèque tunisienne depuis trois semaines. Il sera bientôt opérationnel dans toutes les salles.

Elle a estimé que le forum de coproduction latino-arabe constitue une continuité de la coopération tunisienne entamée aux JCC 2017 avec l’un des grands producteurs cinématographiques de l’Amérique latine qu’est l’Argentine. Ce forum qui sera placé sous la direction de Lotfi Achour, producteur et réalisateur, sera un espace dans lequel se créent les opportunités de coopération entre professionnels du cinéma.

L’autre nouveauté concerne le dispatching des projections et spectacles entre l’avenue Habib Bourguiba et la Cité de la Culture qui abritera les cérémonies d’ouverture et de clôture. Les meilleures projections seront dans les nouvelles salles théâtre des jeunes créateurs, théâtre des régions et les salles de la cinémathèque, équipées en matériel ultra moderne.

Cependant “l’avenue Bourguiba demeure l’espace original des JCC et son cœur vibrant”, a souligné Nejib Ayed, rappelant par ailleurs que le festival garde sa vocation arbo-africaine avec une ouverture sur le cinéma latin dans une perspective de co-production.

Un nombre d’invités qui avoisine les 400 personnes seront aux JCC 2018 avec 4 pays hôtes, à savoir l’Irak, le Sénégal, l’Inde et le Brésil.

Le Jeudi 1er novembre sera un avant-goût des JCC dont l’ouverture officielle est pour le 3 novembre alors que la clôture aura lieu le 10 du même mois. Le théâtre de l’Opéra à la Cité de la Culture abritera les cérémonies d’ouverture et de clôture des JCC qui seront retransmises en direct sur la chaine Watanya 1. 

Pour le film d’ouverture, le choix a été fait sur le film marocain “Apatride” (A Step Behind The Sun), un long-métrage de fiction de la réalisatrice Narjiss Najjar produit en 2017 qui sera présenté hors compétition. 

Les JCC en chiffres, c’est aussi plus de 800 de candidatures de films parvenus aux commissions de sélection du festival et 206 films provenant de 47 pays, retenus dans les différentes sections du festival. 

“Les préparatifs sont grandioses sauf que le festival bénéficie d’un budget assez serré”, a estimé Nejib Ayed qui a précisé qu’une rallonge budgétaire a été promise par le ministère des Affaires Culturelles avant le début du festival afin de palier aux moyens limités.

“Aux 3,5 millions du budget initial s’ajoutent les cotisations des sponsors et partenaires pour atteindre un budget global de 4 millions de dinars tunisiens”, selon les organisateurs.

Les projections auront lieu dans 19 salles du Grand Tunis et 4 salles dans les régions de Nabeul, Kasserine, Sfax et Siliana. Les JCC renouvellent d’autre part le partenariat avec l’organisation mondiale contre la Torture (OMCT) avec des projections dans 4 établissements pénitentiaires (Bizerte, Ben Arous, Sousse, la Manouba).

Au total, 41 guichets de vente de tickets sont sur le grand-Tunis. Ils sont placés à l’entrée des salles et autres endroits dont 10 dans les salles de l’avenue Bourguiba, 2 à la Cité de la Culture, 4 à l’hôtel Africa et 2 au Centre International de Presse installé à la maison de la culture Ibn Khaldoun. Les journalistes accrédités seront amenés à réserver leurs tickets sur place au centre le jour même ou à un jour à l’avance. Les débats des films se feront au lendemain des projections, sachant que les journalistes seront invités aux projections publiques.

À l’hôtel Africa et dans sa salle de cinéma, 4 guichets seront à la disposition des invités et cinéphiles. Un service Internet en fibre optique sera ouvert sur l’avenue Bourguiba. Les tickets seront vendus à 3 dinars pour le grand public et 1.500 pour les étudiants et écoliers. Un quota de 30% sera alloué à la vente des billets en ligne, avec possibilité de réserver toutes les projections désirées en une seule fois, le reste du quota (70%) se fait directement dans les différents guichets.

Dans les guichets centraux situés à l’avenue Bourguiba et à la Cité de la Culture, il est possible d’acheter jusqu’à 3 tickets par personne pour chaque projection.

La direction espère, ainsi, palier aux problèmes de billetterie et les longues files de cinéphiles. Dans une volonté d’épargner les inconvénients constatés durant les éditions précédentes, il y aura un nouveau régime de 3 projections quotidiennes par salle, avec des intervalles qui iront jusqu’à 1h30 entre une projection et une autre. 

La publication quotidienne des JCC sera assurée par Khemaies Khayati, avec 3500 copies quotidiennes de 16 pages, en français et en arabe. Cette publication gratuite est dédiée à la présentation des films (sans critique) et est édité avant la projection des films. 

Près de 135 créateurs seront présents sur 35 espaces avec des scènes mobiles pour abriter un spectacle et deux projections par jour en plein air. Les rues de la Capitale vivront au rythme de soirées quotidiennes animées par 39 artistes étrangers et 96 tunisiens.

Six installations du logo du festival seront visibles sur différents endroits de la Capitale, notamment sur l’avenue Bourguiba et la Cité de la Culture. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram