LES BLOGS
27/06/2019 16h:55 CET | Actualisé 27/06/2019 16h:55 CET

Tous les vents du monde

États Généraux des Entreprises Citoyennes

On imagine souvent les artistes comme des électrons libres, des éléments un peu en dehors de la société. Au contraire, ils sont souvent ceux qui nous permettent de lire des signes avant-coureurs des mutations sociétales. Ils hument l’air, ils dessinent des imaginaires, voire même ils sentent le vent tourner. Quoi de plus normal donc de les inclure dans le programme des États Généraux organisés par Thinkers & Doers, réseau international de personnalités, décideurs politiques, entrepreneurs ou encore penseurs, à Essaouira, ville des cultures et des vents…

Déjà, lors de la dernière conférence en 2018, nous avions laissé des signes dans la ville, qu’ils aient été éphémères ou qu’ils soient restés, tels l’ensemble de drapeaux encore visible à la porte Bab Sbaâ, fabriqué au Maroc en métal laqué blanc, dont les motifs reprennent les symboles des langues, des cultures et des religions qu’Essaouira a accueillis tout au long de son histoire.

Cette année, nous avons l’honneur et le plaisir d’avoir étendu le spectre des invitations en collaboration avec le collectif Constellations de Dubaï, avec des artistes internationaux tels qu’eL Seed, artiste d’origine tunisienne, le studio de graphisme et sérigraphie portugais Lavandaria, ou encore la marraine des street artistes Elise Herszkowicz du collectif Art Azoï. Parce que ces actions artistiques sont une des plus belles façons de s’assurer que les États Généraux soient un rendez-vous pour les Souiris et les voyageurs du monde, l’auteur et islamologue Rachid Benzine jouera sa pièce de théâtre “Lettres à Nour” sur la place du marché aux grains, et à Dar Souiri, la maison des habitants de la ville.

Il est important pour moi, en rassemblant au Maroc, ces artistes, ces hommes de lettres, ces philosophes, d’inviter les cultures du monde pour montrer une diversité de provenances, de techniques et de manières de travailler. De la même manière, j’aime jouer avec des œuvres qui s’affichent sur les murs extérieurs de la ville, à l’intérieur des remparts, et avec d’autres prises de parole ou de position artistique qui s’invitent dans l’intimité des Riads, des ruelles, des restaurants. La fondation Dar Souiri, la Maison des Travaux Publics, le Riad, la Maison de la Justice, la place du marché aux grains, les restaurants du Taros ou du M Gallery, les murs des rues et des ruelles seront les témoins de cet échange, de ce dialogue que nous avons voulu créer avec les promeneurs et les habitants des lieux. La pluralité des langages, des formes et des couleurs est aussi un moyen de représenter le monde dans lequel nous vivons et dans lequel nous nous devons d’être attentif à l’autre, d’essayer de le comprendre et de stimuler notre curiosité pour aller vers l’autre, vers ce qui nous semble inconnu. 

Enfin, afin d’éveiller tous les sens que possède l’être humain et aussi pour remercier les participants à la conférence qui viennent des quatre coins du monde pour ces quelques jours au Maroc, nous aurons la chance de voyager depuis Essaouira, pour aller à la rencontre de cultures syriennes et sénégalaises, via la gastronomie. En collaboration avec le Refugee Food Festival pour la première fois à Essaouira, des chefs marocains des restaurants de la ville ont imaginé avec un chef réfugié syrien une carte avec des mets qui mélangent les deux cultures. Le label Kilomètre Paris, qui met en valeur les lieux uniques du monde au travers de l’artisanat, a demandé à des femmes de la ville de créer des paniers. Dessus, elles ont brodé les coordonnées topographiques des lieux qu’elles aiment et les mots de nos rencontres : “Think & Do”, “Walk & Talk”, “Shine & Breath”, etc.

Car tout n’est qu’une question de langages qui s’expriment de façons multiples et variées, que cela soit avec des mots, des images, des voies ou des symboles; et si l’on essaie de les comprendre, on vivra mieux ensemble. Cette thématique du bien-être et du bien-vivre, comme les Grecs l’entendent lorsqu’ils parlent de Prospérité, sera d’ailleurs la thématique centrale que les États Généraux vont aborder lors des différentes séances de réflexion, des débats et des workshops.