MAROC
16/04/2019 12h:13 CET

Totem, l'exposition haute en couleurs de Ghizlane Agzenaï

À voir à La Galerie 38 jusqu'au 21 avril.

ART - Les couloirs et les murs de La Galerie 38 de Casablanca sont les supports du premier solo show de Ghizlane Agzenai. Il s’agit de “Totem”, une exposition haute en couleurs où l’artiste originaire de Tanger a choisi de s’aventurer dans les formes géométriques en s’inspirant d’objets bienveillants. Le HuffPost Maroc est parti à la rencontre de l’artiste.

Après avoir orné l’une des façades du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI) et les ruelles de l’ancienne médina de Rabat pendant le festival Jidar, puis quelques murs de Paris et de Barcelone avec ses Totems, l’artiste de 30 ans est revenue nous émerveiller avec un jeu de superpositions et de couleurs.

“J’ai choisi de nommer mes oeuvres Totem après plusieurs recherches, je voulais trouver un mot, un concept qui soit fort de sens pour présenter mon art et j’ai trouvé le mot Totem, dont l’une des définitions est un objet qui représente un esprit bienveillant. Ça a toute suite captivé mon attention, et je me suis dit que ça collait parfaitement avec ma démarche de partager de l’énergie positive et de l’optimisme” nous confie-t-elle.

Au fil des années, Ghizlane a su développer un style artistique reconnaissable. Son art, qui se distingue par des formes géométriques et des couleurs, transporte l’oeil dans une dimension métaphysique où chaque ligne, chaque nuance et chaque entrelacement peut être interprété au gré de la perception de chacun. “Il y a d’abord toute la partie réflexion et conception, ensuite il y a une partie de tests, puisque j’utilise plusieurs supports comme la sculpture en bois, en carton, en métal qui demandent tous un certain temps pour trouver la bonne technique. Ensuite vient la partie de la production effective des oeuvres”, nous explique l’artiste urbaine.

Dans l’exposition Totem, on trouve une oeuvre pas comme les autres. Il s’agit d’une sculpture lumineuse où Ghizlane a puisé sa créativité et sa passion pour la lumière. “L’une de mes principales sources d’inspiration est la science fiction, donc j’ai toujours été attirée par la lumière, et ça me tenait à coeur de faire un Totem lumineux. C’était un long travail de recherche pour arriver à trouver la bonne technique et faire un Totem qui soit qualitatif. Je suis très heureuse de présenter ma première sculpture de lumière et je sais que dans le futur, c’est quelque chose que j’ai envie d’approfondir, parce que je pense que la lumière apporte une atmosphère particulière et nous enveloppe tout de suite dans l’énergie que je veux transmettre.” 

Parmi les douze fresques réalisées par les artistes ayant participé à la 4e édition du festival Jidar en avril 2018 à Rabat, Ghizlane Agzenaï était l’unique artiste marocaine femme à avoir décoré les murs de la capitale. Concernant ses prochains projets, la jeune femme  participera à un festival à Vigo, en Espagne, à la fin du mois d’avril. Elle habillera une énorme enceinte de 210m² d’un collège. Un projet que l’artiste est impatiente de concrétiser et de faire découvrir à son public.