ALGÉRIE
17/09/2019 10h:42 CET

Tliba accuse les fils de Ould Abbes de lui avoir exigé 7 milliards de centimes pour le porter sur une liste électorale

Facebook
Bahaa Eddine Tliba

Le député du FLN Baha Eddine Tliba n’a pas encore renoncé à l’immunité parlementaire. Le ministère de la Justice a demandé le lundi 9 septembre 2019 la levée de cette immunité avant l’ouverture d’une enquête sur “le financement occulte de partis politiques” et sur le “financement” d’une campagne électorale, celle de Abdelaziz Bouteflika pour le quatrième mandat, en 2014.

Dans une déclaration écrite remise par le député d’Annaba à la commission juridique de l’APN, citée par le quotidien arabophone El Khabar, ce mardi 17 septembre, Tliba révèle avoir fait l’objet de “chantage” de la part des fils de Djamel Ould Abbes, ex-secrétaire général du FLN, actuellement en prison. Selon lui, ils lui auraient exigé le versement de sept milliards de centimes pour qu’il soit porté dans la liste d’Annaba pour les législatives de 2017.

Dans sa déclaration, Tliba précise avoir déposé plainte contre l’un des fils d’Ould Abbes. En mars 2017, Wafi Ould Abbes a été interpellé par les gendarmes au niveau de Club des Pins (côte ouest d’Alger). Son domicile a été perquisitionné. Après un interrogatoire, il a été relâché.

D’après El Watan, les gendarmes auraient récupéré des listes de candidats aux élections législatives et des sommes d’argent (60 millions de dinars et 200.000 euros). Interpellé par les journalistes, lors d’une conférence de presse, Djamel Ould Abbes a déclaré « faire confiance aux services de sécurité et à la justice ». Deux fils de Ould Abbes sont en détention alors qu’un troisième est en fuite en Amérique du Sud.