MAROC
25/10/2018 10h:22 CET | Actualisé 25/10/2018 10h:24 CET

Tétouan: 14 supporters condamnés pour "outrage au drapeau national"

5 mineurs sont toujours poursuivis dans cette affaire.

ASSOCIATED PRESS

JUSTICE- 14 supporters marocains ont été condamnés à des peines allant de un à dix mois de prison, après avoir manifesté leur colère à Tétouan au lendemain de la mort de la jeune Hayat. , apprend l’AFP auprès de leur avocat. 

Âgés de 18 à 23 ans, ils ont été condamnés pour “outrage au drapeau national”, “manifestation non autorisée” et “destruction de biens publics et privés”, poursuit l’agence, citant MJabir Baba qui compte faire appel de ce jugement. 

Cinq mineurs, sont également poursuivis pour les mêmes motifs et seront entendus pour leur part ce vendredi par un juge pour mineur.

Cette condamnation fait suite à celle prononcée le 18 octobre dernier à l’encontre d’un blogueur de 32 ans, Tétouanais également, condamné à 2 ans de prison ferme pour avoir appelé à venger la mort de Hayat. Outre l’“outrage au drapeau national”, il a été également reconnu coupable de “propagation de la haine” et d’“appel à l’insurrection civile”,

Réagissant à cette condamnation, Ali Alaoui, président régional (nord) de l’Association marocaine des droits humains (AMDH), soulignait au HuffPost Maroc que c’est la première fois que la ville de la Colombe blanche connait une affaire de ce genre, ajoutant avec inquiétude que dans cette affaire, l’“outrage au drapeau marocain équivaut, dans le code pénal marocain, à l’atteinte à la religion islamique”.

Suite à la disparition de Hayat, étudiante décédée fin septembre dernier suite à une opération anti-immigration clandestine menée par la Marine royale, des centaines de manifestants avaient crié leur colère dans les rues de la ville natale de la jeune victime. Réunis à l’appel d’un groupe de supporters ultras du club de football Moghreb de Tétouan, les manifestants avaient crié “Nous te vengerons Hayat!”, “Le peuple renonce à la nationalité marocaine!” ou encore “Viva España” (“Vive l’Espagne”) et, pour certains, brandi des drapeaux espagnols comme signe de défiance envers les autorités marocaines, rapportaient alors les médias locaux.

À Agadir, quatre autres supporteurs accusés d’avoir brandi le drapeau espagnol lors d’un match de football ont été disculpés pour leur part ce lundi 22 octobre.