MAROC
23/07/2019 18h:33 CET

Tensions dans le détroit d'Ormuz: Le Maroc appelle au "respect de la liberté de la navigation maritime"

Divers incidents ont eu lieu dans le détroit qui relie le golfe Persique au golfe d’Oman.

ASSOCIATED PRESS

DIPLOMATIE - Le Maroc appelle au respect de la liberté de la navigation maritime dans le détroit d’Ormuz, a affirmé, mardi 23 juillet à Rabat, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.

“Le Maroc suit avec préoccupation les évolutions récentes et appelle au respect de la liberté de la navigation maritime dans le détroit d’Ormuz et au respect du droit international et des règles de la navigation maritime, qui ne doivent souffrir d’aucune contrainte ou interférence”, a souligné le chef de la diplomatie marocaine lors d’un point de presse conjoint à l’issue de ses entretiens avec le ministre des Affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger, Mamadi Touré, qui effectue sa première visite au royaume depuis sa nomination.

“Il s’agit d’une zone sous pression où il y a plusieurs tensions, nous pensons que le sens de la responsabilité doit prévaloir et que la liberté de circulation et de navigation maritime doit être respectée”, a-t-il insisté.

“Le Maroc, comme tous les pays, est préoccupé par l’escalade et la tension dans le détroit d’Ormuz au cours des dernières semaines. Le Royaume le fait en tant que membre de la communauté internationale et également en tant que pays qui a des liens particuliers avec la région du Golfe”, a-t-il souligné. Et de rappeler que “le Royaume a condamné à plusieurs reprises l’activisme et les actions menaçant la stabilité et la sécurité dans cette région et a marqué sa solidarité avec les pays arabes du Golfe, à chaque fois que leur sécurité et la quiétude de leurs citoyens ont été menacées”.

Depuis près de deux mois, le détroit d’Ormuz, qui relie le golfe Persique au golfe d’Oman, est le centre de tensions. Vendredi dernier, le président américain Donald Trump a déclaré que l’USS Boxer, un navire de guerre amphibie américain, avait abattu un drone iranien qui s’approchait trop près de lui. Une version contredite par les Iraniens, qui ont assuré que les Américains avaient abattu un de leurs propres drones.

Samedi, c’est un commando héliporté de la force navale des Gardiens de la révolution iranienne qui a, cette fois-ci, arraisonné un pétrolier britannique, le Stena Impero, l’accusant d’avoir attaqué un bateau de pêche dans le détroit et de ne pas avoir respecté les règles de navigation maritime. Un incident qui a provoqué une escalade des tensions diplomatiques entre Téhéran et Londres.

“En vertu du droit international, l’Iran n’avait pas le droit de bloquer le passage du navire, encore moins de l’aborder. C’était, par conséquent, un acte de piraterie d’État”, a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, lundi devant le Parlement. Il a proposé aux pays européens de mettre en place leur propre mission de protection maritime dans le détroit.