TUNISIE
04/04/2019 13h:42 CET | Actualisé 04/04/2019 14h:19 CET

Tensions au parlement avant l'audition très attendue du Chef du gouvernement

Le climat délétère qui règne dans les couloirs du parlement met à mal l'audition très attendue du Chef du gouvernement.

ARP/FB

Alors qu’elle devait avoir lieu ce jeudi 4 avril 2019, la séance d’audition du Chef du gouvernement à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP) risque d’être ajournée

Faute de quorum, puisque seuls 36 députés étaient présents à l’ouverture de la plénière, le vice-président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), Abdelfettah Mourou décide de lever la séance, consacrée à l’affaire des nourrissons décédés à l’hôpital de la Rabta.  

Mais pas seulement. La séance semble être retardée à la suite de mouvements de protestation menés par les agents et cadres de l’ARP. Ces derniers qui devaient se rassembler pour revendiquer leurs droits et se faire entendre par le Chef du gouvernement, ont été empêchés d’entrer au parlement par les sécuritaires. “Les unités de sûreté aient interdit aux agents et fonctionnaires de l’annexe (l’ancien siège de l’ancienne chambre des conseillers ) de rejoindre leurs collègues afin de tenir un sit in pour  l’activation de l’accord signé avec la direction du parlement,” rapporte Mosaïque Fm.

 

Un climat de tension s’est vite installé dans les couloirs du parlement. Les agents et fonctionnaires de l’ARP ont décidé même de bloquer l’accès au Chef du gouvernement. “Ils demandent l’application de l’autonomie administrative et financière de l’ARP,” précise Al Bawsala.

Le secrétaire général du syndicat du personnel de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) Abdelbasset Hasnaoui s’est dit surpris par l’interdiction des employés du bâtiment annexe du parlement (ancienne chambre des conseillers) d’accéder à l’hémicycle de l’Assemblée où se déroule une séance de dialogue avec le chef du gouvernement.

” L’interdiction des employés d’accéder au parlement pour des raisons dites ” sécuritaires “, est un ” incident grave sans précédent “, s’est-il indigné dans une déclaration aux médias, ajoutant que cette décision a été prise sur instructions du chef du cabinet du parlement ou par le président lui-même Mohamed Ennaceur.

Des députés ont, d’ailleurs, exprimé leur solidarité avec le mouvement des employés en défendant leur droit à manifester.

S’exprimant au micro de MosaïqueFM, le député du Front Populaire Ammar Amroussia a condamné cette décision, “jugée comme un projet de tyrannie et de retour aux anciennes pratiques”. 

 De son côté, Mourou a assuré que l’ARP n’avait aucun lien avec cette interdiction de manifester.

D’après Shems Fm, le calme est revenu après la levée des protestations des employés de l’ARP et la satisfaction de leurs revendications. Selon la même source, des nouvelles mesures ont été prises à leurs faveurs à la suite d’une réunion tenue entre le Chef du gouvernement Youssef Chahed et le président de l’ARP Mohamed Ennaceur. Les deux parties “se sont engagés à publier la décision d’augmentation de la prime parlementaire vendredi prochain après une réunion avec plusieurs députés et les représentants syndicaux du personnel et employés de l’assemblée des représentants du peuple”.

L’engagement des deux présidents a permis la levée des protestations pour permettre à Chahed et Ennacer l’accès à l’assemblée, précise la même source.

 Ainsi, “la plénière sera tenue à 14h”, annonce Mohamed Ennaceur en précisant que le problème concernant la prime parlementaire des agents et fonctionnaires de l’ARP a été résolu.

La journée s’annonce chaude ce jeudi à l’ARP.  Prévue au départ autour du décès des bébés, l’audition du Chef du gouvernement sera certainement une occasion pour aborder d’autres questions épineuses telle que l’augmentation des prix du carburant. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.