MAROC
25/08/2019 12h:35 CET

Tariq Ramadan fait l'objet d'une nouvelle plainte pour "viol en réunion"

C'est la cinquième plainte contre l'intellectuel islamologue.

Jean-Marc ZAORSKI via Getty Images

PLAINTE - Nouveau rebondissement dans l’affaire Tariq Ramadan. Déjà accusé de viol par trois femmes en France et une autre en Suisse, l’intellectuel islamologue d’origine égyptienne est de nouveau visé par une plainte dans l’Hexagone, pour “viol en réunion” qui se serait produit en 2014, selon les informations d’Europe1 avec le JDD (le journal du Dimanche)

Cette nouvelle plainte a été déposée le 31 mai par une femme d’une cinquantaine d’années “qui travaillait comme journaliste radio au moment des faits”. Selon la même source, le 26 juillet, le parquet de Paris a adressé un réquisitoire supplétif aux juges d’instruction en charge du dossier en élargissant l’enquête à des faits de viol en réunion, menaces et intimidation. 

Dans cette nouvelle plainte, cette cinquième femme accuse l’intellectuel de “viols en réunion” avec “une personne de son staff” lors d’une rencontre pour une interview le 23 mai 2014 dans une chambre d’hôtel de Ramadan à Lyon. “C’est allé très vite, c’était d’une violence inouïe”, a déclaré à la justice la plaignante, selon des propos cités par la même source. Décrivant la scène, elle affirme avoir été violée plusieurs fois par les deux hommes. “Je me débattais (...) et plus je me débattais, plus ils me frappaient, ils m’insultaient”.

Quand la journaliste “en état de choc” s’approche de la porte avec ses affaires pour quitter la pièce, Ramadan l’aurait bloqué pour lui dire: “d’une voix suave et mielleuse […] qu’il pensait que j’avais aimé ça mais que je ne le savais pas”.

Selon le Parisien, la femme aurait, par ailleurs, été contactée par Tariq Ramadan sur l’application Messenger le 28 janvier 2019, affirmant qu’il voulait lui faire une “proposition sur le plan professionnel”, message auquel elle n’aurait jamais répondu. Et d’ajouter, d’après la même source, que, le lendemain, elle a reçu la visite de deux hommes. “Ils m’ont dit que Tariq Ramadan avait essayé de me joindre […] et si j’avais les idées mal intentionnées ils pouvaient arranger ça”, a-t-elle affirmé.

Pour rappel, Tariq Ramadan a été remis en liberté en mi-novembre dernier, sous contrôle judiciaire, après neuf mois de détention provisoire et quatre demandes rejetées. Il devra être entendu à l’automne prochain à Paris par un procureur suisse en vue d’une éventuelle inculpation dans le volet suisse, annonce le Parisien.