MAROC
15/10/2018 15h:14 CET

Tahar Ben Jelloun compare la disparition de Jamal Khashoggi à celle de Mehdi Ben Barka

L'auteur marocain n'est pas le seul à avoir établi ce rapprochement.

Getty/REUTERS/Osman Orsal

INTERNATIONAL - Ces dernières semaines, l’affaire Jamal Khashoggi anime toutes les passions. Le sort de ce journaliste saoudien, porté disparu depuis le 2 octobre dernier, jour où il s’est rendu à l’ambassade saoudienne d’Istanbul pour ne jamais être revu, rappelle d’autres cas similaires.

Dans une tribune publiée sur le site français Le Point, Tahar Ben Jelloun compare la disparition du journaliste saoudien à une disparition marquante du 20e siècle, celle de Mehdi Ben Barka.

Après avoir rappelé les conditions autour de la disparition de l’opposant Marocain (“Les policiers français le conduisirent à une maison des environs de Paris, à Fontenay-le-Vicomte, pour le remettre au général Oufkir, le ministre marocain de l’Intérieur, envoyé par le roi Hassan II afin de le ramener de gré ou de force au Maroc”), Tahar Ben Jelloun prédit que celle de Jamal Khashoggi, mettra “l’Arabie saoudite dans une situation difficile”.

“On sait que le prince héritier Mohammed ben Salmane n’avait pas supporté les critiques acerbes contre sa politique guerrière au Yémen, formulées dans plusieurs articles par le journaliste Khashoggi. De là à avoir commandité son meurtre, il y a un pas qu’on ne peut pas franchir”.

Tahar Ben Jelloun souligne que le jeune prince est déjà “très critiqué dans le monde arabe”, pour son rapprochement avec les États-Unis et Israel.

“Le règne de Hassan II n’est pas sorti indemne de l’affaire Ben Barka, il est probable qu’il en serait de même de celui de Mohamed ben Salmane” conclut-il.

L’auteur qui n’est pas le seul à avoir fait le lien entre les deux hommes. Il y a quelques jours, le journal espagnol El Mundo rappelait le sort de Mehdi Ben Barka dans un article dédié aux “autres” Jamal Khashoggi, soit ces opposants politiques disparus dans des circonstances inconnues.