ALGÉRIE
25/07/2018 08h:36 CET

Syrie: 40 morts dans une vague d'attentats suicide de l'EI dans le sud

AFP

Des kamikazes du groupe terroriste Etat islamique (EI) ont tué mercredi 40 personnes dans des localités contrôlées par l’armée syrienne, les premières attaques de cette ampleur lancées par l’EI depuis des mois en Syrie, selon une ONG.

L’organisation terroriste a mené ces attaques qui ont également fait des dizaines de blessés, avant de prendre d’assaut des villages de la province méridionale de Soueida, a précisé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Cette province est entièrement aux mains del’armée de Bachar al-Assad. Les terroristes de l’EI sont présents dans une région désertique au nord-est des limites de la province, d’où ils lancent des attentats de temps à autre. 

Mais selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, les attaques de mercredi sont les premières de cette ampleur lancées par l’EI depuis plusieurs mois en Syrie, où l’organisation terroriste a subi de multiples revers et ne contrôle plus qu’une poignée de secteurs.

“Trois kamikazes ont fait détoner leurs ceintures explosives dans la ville de Soueida”, chef-lieu de la province du même nom, a-t-il indiqué à l’AFP.

D’autres kamikazes ont mené des attaques dans des villages du nord-est de la province avant que les terroristes les prennent d’assaut et s’en emparent de trois, a-t-il ajouté.

Au moins 40 personnes, dont 26 membres des forces prorégime et des civils, ont été tuées et plus de 30 blessées, selon M. Abdel Rahmane. Ce dernier n’était pas en mesure de préciser le nombre de civils morts.

De son côté, l’agence officielle syrienne Sana et la télévision d’Etat ont confirmé des morts et des blessés dans des attaques dans la province de Soueida, sans donner un bilan précis.

Des unités de l’armée ont lancé une contre-attaque pour repousser les terroristes, selon la télévision d’Etat.

Des raids aériens ont dans le même temps été lancés sur les zones où l’EI a progressé, a précisé M. Abdel Rahmane.

La province de Soueida est proche de celles de Deraa et Qouneitra, contrôlées à plus de 90% par le pouvoir qui cherche à les reprendre totalement.  

Le conflit qui déchire la Syrie depuis 2011 a fait plus de 350.000 morts.