MAROC
20/12/2018 21h:11 CET

Sur Twitter, les femmes sont harcelées toutes les 30 secondes, selon Amnesty International

Surtout les femmes noires.

dmbaker via Getty Images

VIOLENCE - Le harcèlement des femmes ne se limite pas uniquement à la rue. Sur les réseaux sociaux, les femmes sont aussi confrontées à des commentaires déplacés, des insultes voire des menaces. Dans un rapport publié le 18 décembre sur son site, Amnesty International dénonce les abus subis par les femmes sur Twitter après avoir analysé 228.000 tweets envoyés à 778 femmes politiciennes et journalistes aux États-Unis et en Grande Bretagne.

L’étude a été menée en 2017 par une équipe de 6.500 bénévoles originaires de 150 pays différents qui participaient au projet “Troll Patrol” (Patrouille de troll). Les résultats ont démontré qu’une moyenne d’un tweet problématique est envoyé à une femme sur Twitter toutes les 30 secondes. Plus de 7% des tweets recensés ont été considérés comme problématiques par la Troll Patrol, soit un total d′1,1 million de tweets dit “abusifs”, qui ne respectent pas les règles de la plateforme et dont le contenu encourage la violence ou contient des menaces envers des personnes en raison notamment de leur race, leur orientation sexuelle et leur genre.

“Nous avons trouvé que les abus prenaient pour cible les femmes politiques peu importe leur parti. Les femmes de couleur étaient plus susceptibles de se faire attaquer, surtout les femmes noires”, a déclaré Milena Marin, conseillère principale dans la recherche tactique à Amnesty International, ajoutant que le manque d’actions de la part de Twitter pour résoudre ce problème contribue à faire taire les voix des personnes déjà marginalisées. 

Discrimination raciale

Selon la recherche, les femmes noires étaient beaucoup plus ciblées que les autres, les rendant à 84% plus susceptibles que les femmes blanches d’être mentionnées dans des tweets problématiques. Les chiffres ont démontré qu’un tweet sur dix adressé à des femmes noires était problématique, contre un sur quinze adressé à des femmes blanches.

L’organisation internationale a également publié des recommandations adressées à Twitter et incite notamment le site a prendre des mesures pro-actives pour éduquer les utilisateurs et les sensibiliser à la question afin d’améliorer l’expérience des femmes sur le site en la rendant plus sûre et moins toxique. De plus, Amnesty encourage Twitter à améliorer son système de signalement et de répondre d’une manière plus efficace aux plaintes pour abus ou violence. 

En mars dernier, l’organisation avait déjà pointé du doigt le réseau social en publiant un rapport sur le sujet où elle déplorait l’incapacité de Twitter à assumer ses responsabilités en matière de violence et d’abus.