MAROC
23/09/2018 21h:36 CET | Actualisé 23/09/2018 21h:38 CET

Sur Instagram, Gucci célèbre la beauté des femmes à travers le monde et les âges

Une Marocaine ayant posé pour un peintre français en 1874 s'invite dans cette galerie.

Montage/Gucci Beauty Instagram

BEAUTÉ - L’art réservé aux musées et aux livres? Pas toujours. La mode et la culture fâchés? Encore moins. Sur les réseaux sociaux, c’est Gucci qui en apporte la preuve, dans un tout nouveau compte lancé sur Instagram. Baptisé “Gucci Beauty”, vous n’y trouverez (pour l’instant) ni bâton de rouge à lèvres, ni vernis, mais une galerie de portraits de femmes (et parfois de quelques hommes) célébrant leur beauté à travers le monde et les époques. 

La démarche obéit à la vision du directeur artistique de la marque italienne, Alessandro Michele. Chaque portrait est ainsi l’occasion de détailler la culture d’un pays ou le parcours d’un artiste peintre, et d’aborder les détails qui ont marqué leur temps dans différents pays, de la Turquie, aux États-Unis, en passant par le Mexique, le Japon et l’Égypte.

Parmi ces portraits figure notamment celui intitulé “Femme juive de Tanger”, signé en 1874 par le peintre français Charles Landelle, et aujourd’hui exposé au Musée des Beaux-Arts à Reims, en France.

“Les femmes juives sont largement absentes de la tradition picturale européenne”, explique le compte de Gucci Beauty, qui ajoute que “lorsqu’elles sont dépeintes, c’est souvent avec une touche d’exotisme et un fort accent porté sur leur altérité. C’est en quelque sorte le cas ici dans ce portrait du 19ème siècle de l’artiste populaire français Charles Landelle”. Le texte partagé précise que ce dernier était un orientaliste, séduit par la culture qu’il a pu découvrir lors de ses voyages en Afrique du nord et au Moyen-orient, devenant ainsi le matériau principal de son oeuvre.  

Reste à savoir si l’expérience encouragera d’autres marques célèbres à tenter l’expérience, en accordant avec autant de talent stratégie marketing et partage de culture.