MAROC
15/06/2019 18h:59 CET

Sur les réseaux sociaux, les étudiants en médecine s'affrontent à coup de hashtag

La bataille des examens se joue désormais sur le web.

COMITÉ NATIONAL DES ÉTUDIANTS DE MÉDECINE AU MAROC / FACEBOOK

EDUCATION - Les étudiants en médecine et en pharmacie poursuivent leur mobilisation en ligne. Après avoir boycotté massivement les examens, les étudiants en facultés publiques ont lancé le hashtag #DoctorsUnderOppression (ou#DoctorsUnderOpression) rapidement devenue viral. “Ces derniers ont décidé, spontanément, de lancer ce hashtag, pour faire entendre leur voix un peu partout dans le monde”, explique au HuffPost Maroc un étudiant gréviste.

Une mobilisation en ligne alimentée notamment par des cas reportés de “menaces contre les étudiants grévistes, notamment des visites de moqqadem dans les domiciles des parents de certains d’entre eux”.

Des “menaces” qui, selon notre source, n’auront pas réussi à freiner la mobilisation. “Des étudiants ont reçu des convocations, de même que leurs parents pour aller à la wilaya et leurs parents ont simplement répondu que leurs enfants sont majeurs et vaccinés et que c’est leur droit le plus légitime d’aller ou de ne pas aller à l’examen”.

Les étudiants du privé s’y mettent 

Le succès du hashtag largement partagé semble avoir inspiré les étudiants en médecine privée. Ces derniers ont également créé leur propre hashtag de bataille, #ResidencyForAll, également devenu viral ce samedi.

“Ces étudiants doivent protester pour avoir des conditions favorables mais au sein de leurs propres établissements hospitaliers pour y faire leur résidanat”, estime de son côté l’étudiant gréviste. “Il n’y a pas de raison logique pour demander à intégrer un concours dans un établissement parallèle, les étudiants du public n’ont jamais demandé à intégrer des concours d’entrée pour les hôpitaux privés”. 

Alors que la bataille des hashtags fait toujours rage, celle entre les étudiants gréviste et le gouvernement est loin d’être terminée. Le 13 juin, le gouvernement a annoncé dans un communiqué que les examens prévus dans les facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire resteront ouverts jusqu’au 25 juin devant tous les étudiants conformément au planning déjà annoncé à ce sujet.

Le gouvernement réitère par ailleurs “sa détermination à mettre en œuvre les dispositions juridiques et procédurales en vigueur dans de telles situations, y compris le redoublement de l’année universitaire ou la révocation pour les étudiants ayant déjà consommé les années de redoublement autorisées”. Le gouvernement, qui accuse notamment le mouvement Al Adl Wal Ihsane d’“exploiter cette situation”, menace également de “prendre les mesures légales en vigueur à l’encontre de quiconque aura tenté de perturber le déroulement normal de ces examens”.