MAROC
01/12/2018 14h:00 CET

Sur les Champs-Élysées, les gilets jaunes aspergent les policiers de peinture jaune

Un important dispositif de sécurité a été déployé sur l'avenue parisienne, pour ce troisième weekend de protestation.

Le HuffPost

GILETS JAUNES - En jaune, de gré ou de force. Les policiers mobilisés ce samedi 1er décembre sur les Champs-Élysées pour la manifestation des gilets jaunes ont été la cible de jets de peinture jaune en début de matinée, alors que les premiers manifestants arrivaient sur l’avenue parisienne.

Plusieurs centaines de manifestants se sont retrouvés face aux quelques 5000 policiers déployés pour ce troisième weekend de protestation. Et certains membres des forces de l’ordre ont été aspergés par des manifestants, qui ont lancé à leur intention des bouteilles remplies de peinture jaune alors qu’ils se trouvaient à l’extérieur du périmètre de sécurité mis en place sur l’avenue parisienne. 

Sur les Champs-Élysées, les gilets jaunes aspergent les policiers de peinture
Sur les Champs-Elysées, les gilets jaunes ont repeint en jaune les policiers
Sur les Champs-Élysées, les gilets jaunes aspergent les policiers de peinture
Les manifestants ont lancé des jets de peinture jaune sur les policiers sur les Champs-Elysées.
 
Sur les Champs-Élysées, les gilets jaunes aspergent les policiers de peinture
Sur les Champs-Élysées, les gilets jaunes aspergent les policiers de peinture jaune

La conduite à tenir face aux forces de l’ordre fait débat au sein des gilets jaunes, après les débordements du samedi précédent. Sur LCI, un manifestant a ainsi appelé à remettre une rose blanche aux forces de l’ordre “en signe d’amitié”.

En déplacement sur les Champs en début de matinée, Christophe Castaner, ministre français de l’Intérieur, a tenu à encourager les policiers et ”à leur dire merci car ils sont là pour protéger les manifestants, les Parisiens et les touristes.” “Ma responsabilité, c’est de protéger mes forces”, a souligné le ministre de l’Intérieur, évoquant “le nombre de blessés, d’agressions et d’attaques” contre les forces de l’ordre “totalement inadmissible”. Le début de la matinée a cependant été marqué par de premiers heurts et tirs de gaz lacrymogènes, après que des manifestants ont tenté de forcer le point de contrôle.

Cet article a été initialement publié par le HuffPost France.