TUNISIE
04/06/2018 17h:30 CET

Suite aux déclarations du ministre italien de l'Intérieur, l'ambassadeur d'Italie en Tunisie convoqué au ministère des Affaires étrangères

Il avait affirmé que la Tunisie n'exportait que des “délinquants” et des “ex-détenus”

Thierry Monasse via Getty Images

Les déclarations du ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini, fraîchement élu, lors de sa première visite effectuée en Sicile, dimanche, n’ont franchement pas plu à la Tunisie. 

 

Dans un communiqué publié lundi par le ministère des Affaires étrangères, celui-ci indique être “vivement surpris” par les propos du ministre italien, et a exprimé sa “profonde surprise devant ces déclarations concernant le dossier de l’immigration, qui ne reflètent pas le niveau de coopération entre les deux pays dans la lutte contre la migration irrégulière”.

Le ministère a précisé que l’ambassadeur d’Italie en Tunisie, a été convoqué au siège du ministère des Affaires étrangères, pour lui faire part de la position de la Tunisie.

Pointant du doigt la Tunisie, Matteo Salvini, nouveau ministre de l’Intérieur italien a indiqué que celle-ci est un pays libre et démocratique mais qu’elle n’exporte que des “délinquants” et des “ex-détenus”. Une déclaration choc qui a secoué les réseaux sociaux.

Il convient de préciser que le ministre de l’Intérieur italien a assuré, toutefois, qu’il s’entretiendra avec son homologue tunisien concernant l’immigration clandestine affirmant qu’il n’existe pas en Tunisie de problèmes graves pouvant pousser les Tunisiens à immigrer, tels que les épidémies ou la famine.

Il est à rappeler qu’un bateau transportant plus de 180 immigrants clandestins a fait naufrage dimanche au large des côtes de Kerkennah faisant au moins 48 morts. 68 migrants clandestins, dont huit étrangers, ont été sauvés. 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.