MAROC
15/10/2018 16h:21 CET | Actualisé 15/10/2018 16h:25 CET

Suite à la vidéo des "gâteaux", le Parlement dénonce une diffamation à l'encontre de ses membres

"Des allégations et des rumeurs sans aucun fondement".

DR

PARLEMENT - “Dénonciation à l’unanimité”. Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, et les chefs des groupes parlementaires s’insurgent contre “ce que subit la première Chambre”. À leur première réunion après la rentrée parlementaire, inaugurée vendredi dernier, tous ont condamné “la diffamation” à l’encontre des membres de l’institution législative. 

Dans un communiqué publié à l’issue de cette réunion, ils fustigent “les appellations et les qualificatifs” donnés à la Chambre des représentants, visant à porter atteinte à ses membres et à nuire à la mission de l’institution législative. Et d’accuser, par le même biais, certains médias d’en être à l’origine et de chercher à véhiculer des allégations et des rumeurs sans aucun fondement. Ils regrettent par ailleurs que ces médias “ne sont pas capable de hisser le niveau du débat vers l’analyse et l’évaluation”.

Implicitement, la Chambre des représentants réagit à de nombreuses vidéos partagées sur les réseaux sociaux. L’une d’elles, montée d’une manière sarcastique, montre une valse d’allées et venues devant l’entrée de la première Chambre. On y voit des hommes, dont certains en jellaba blanche, et des serveurs portant des sachets garnis de gâteaux, des paquets et des corbeilles de friandises, quittant l’enceinte de la Chambre des représentants et se dirigeant vers les voitures pour les y déposer.

La Chambre des représentants se dit, par ailleurs, engagée à “rester partenaire des médias professionnels, conformément à la stratégie de communication que prévoit le règlement interne”.   

Défendant sa mission, la première Chambre rappelle ses prérogatives et annonce d’ores et déjà que les chantiers sociaux, notamment les mesures au titre de 2019 et l’insertion des jeunes, sont en tête de liste des questions orales qu’elle adressera au chef du gouvernement.