ALGÉRIE
13/11/2014 02h:44 CET | Actualisé 13/11/2014 05h:21 CET

En Libye, attaques contre les ambassades d'Egypte et des Emirats à Tripoli

https://twitter.com/NizarElannabi

Les ambassades d'Egypte et des Emirats arabes unis à Tripoli ont subi ce jeudi matin des attentats à la voiture piégée, rapportent des témoins. Les attaques contre les deux ambassades ont eu lieu au même moment. Les informations, encore parcellaires, ne font pas état de victimes.

Un témoin a rapporté à l’agence Reuters que la bombe de l'ambassade d'Egypte avait légèrement endommagé quelques immeubles et magasins mais qu’il n’était pas clair si l’ambassade avait été touchée ou non.

“Pour l’instant aucun détail n’a été donné pour savoir si les ambassades étaient la cible des bombes et si le personnel et les agents de sécurité se trouvaient dans les bâtiments à l’heure des explosions", poursuit l’agence Reuters.

L'Egypte et les Emirats ont été accusés par les dirigeants de Fajr Libya qui contrôlent Tripoli d'avoir mené des raids aériens contre leurs positions dans la capitale libyenne lors de la bataille pour l'aéroport contre les milices de Zentan. Fajr Libya accuse l'Egypte et les Emirats de soutenir le général Haftar qui mène actuellement des opérations à Benghazi.

LIRE AUSSI:Libye: La Cour suprême invalide le Parlement, la milice de "Fajr Libya" fête sa victoire

L’Egypte et les Emirats arabes unis ont, comme d’autres pays, décidé au cours de l’été de retirer leurs corps diplomatiques de la capitale après que des affrontements armés aient éclatés à Tripoli.

Série d'attentats suicide à Tobrouk

Ces explosions interviennent au lendemain d’une série d’attaques à la voiture piégée survenues mercredi 12 novembre dans plusieurs villes sous le contrôle du gouvernement internationalement reconnu, à Tobrouk and Beida.

Cinq soldats ont été blessés et 21 civils blessés à Tobrouk et Beida dans plusieurs attentats suicide, rapportait, hier, le journal libyen Libya Herald.

"L’explosion à Tobrouk qui a tué 21 civils, hommes et femmes, a eu lieu à un croisement plein de monde pendant que les voitures attendaient à un feu rouge", a déclaré au Libya Herald Faris Labadis, porte-parole du Parlement.

Trois ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est embourbée dans des soulèvements incessant entre factions armées rivales qui luttent pour le pouvoir et le contrôle du pays.

LIRE AUSSI: Imbroglio libyen: Invalidé par la cour suprême, le parlement de "Tobrouk" fait de la résistance

Les efforts internationaux menés par les Nations Unies pour trouver un accord entre les différents groupes rivaux ont pour l’instant échoué à arriver à un cessez le feu ou à amener les acteurs armés à la table des négociations.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.