ALGÉRIE
01/02/2019 14h:52 CET | Actualisé 01/02/2019 14h:55 CET

Le MPA soutient "sans condition" Bouteflika

Le parti de Amara Benyounes annonce sa participation à la campagne électorale avec “fidélité et transparence et réaffirme son engagement aux partis de l’Alliance présidentielle pour garantir "le succès de notre candidat Abdelaziz Bouteflika”

Nacerdine ZEBAR via Getty Images

Le conseil national du MPA, a annoncé son franc soutien à la candidature du président Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat.

Le parti de Amara Benyounes a réitéré l’engagement de principe de sa formation politique en faveur de l’Algérie et du président de la république. “Un soutien sans condition basé sur des convictions politiques et une vision commune sur l’avenir du pays et des défis et menaces qui pèsent sur l’Algérie”, a affirmé le leader du MPA lors du conseil national du parti tenu à Alger, aujourd’hui.

Le parti de Amara Benyounes annonce sa participation à la campagne électorale avec “fidélité et transparence et réaffirme son engagement aux partis de l’Alliance présidentielle pour garantir “le succès de notre candidat Abdelaziz Bouteflika”, ajoute le communiqué.

Le MPA est le dernier parti de l’alliance à se ranger du côté du président et à soutenir sa candidature pour un 5ème mandat. Quand à l’époque l’ancien patron du FLN, Djamel Ould Abbès, appelait le président de la république à briguer un nouveau mandat, le chef du MPA faisait la sourde oreille et se refusait à emboiter le pas à l’appel du FLN.  “Nous refusons de faire dans la surenchère politique. Personne ne doit forcer la main et ne doit obliger le président à se représenter pour un autre mandat, comme personne n’a le droit de l’empêcher de se porter candidat en dehors du Conseil constitutionnel”, estimait-il.

Pour marquer sa différence, il avait rencontré deux dirigeants de l’opposition, à savoir le chef du MSP, Abderrazak Mokri, et le leader de Talaï El-Houriyet, Ali Benflis, pour discuter de l’initiative  politique du consensus national. Le chef du MPA promettait d’aborder la question du 5ème mandat le moment opportun et a attendu le dernier moment avant de le faire.

Si personne ne se doutait de la position du MPA, l’attentisme de son leader avant de se ranger aux côtés du président, n’a pas manqué de surprendre. Une position de principe ou une stratégie politique ? Dans la démarche de Amara Benyounes, se cache la volonté de faire entendre sa propre petite musique et de défendre ses propres intérêts.

De tous les partis de l’alliance, seul le MPA n’a pas de portefeuilles ministériels. On se rappelle la manière avec laquelle Amara Benyounes, alors ministre du Commerce a été remercié en 2015, par le président Bouteflika. Une sortie par la petite porte que le chef du MPA n’a jamais digérée. “Amara Benyounes a joué la montre pour obtenir des garanties. Il a négocié des portefeuilles ministériels pour lui et certains des cadres du parti.  Dans le prochain gouvernement issu de la présidentielle, le MPA aura son lot de postes.”, explique un ancien ministre du gouvernement Sellal.