ALGÉRIE
30/03/2018 08h:22 CET

Sous-traitance industrielle: le "Made in Algeria" au salon du Midest de Villepinte

Des produits de la sous-traitance industrielle “Made in Algeria” sont exposés au plus grand salon mondial dédié exclusivement à la sous-traitance industrielle, organisé à Villepinte.

MIDEST/FB
Salon du Midest de Villepinte.

Des produits de la sous-traitance industrielle “Made in Algeria” sont exposés au plus grand salon mondial dédié exclusivement à la sous-traitance industrielle, organisé à Villepinte, rapporte l’APS.

Le Salon des savoir-faire en sous-traitance industrielle (Midest) fédère, rappelle-t-on, l’ensemble de l’écosystème depuis les startups jusqu’aux grands groupes industriels en passant par les offreurs de produits, solutions et équipements, les sous-traitants et les pôles de compétitivité et centres de recherche.

Une vingtaine d’entreprises algériennes (6 publiques et 14 privées) activant dans la sous-traitance industrielle participent à ce salon avec comme objectif principal : passer à l’internationale et faire connaître les produits industriels algériens dans les filières de la mécanique, l’électricité, l’électronique, du plastique, du caoutchouc et composites, de la métallurgie et les services liées.

 

 

 

Il faut rappeler, a expliqué Azziouz Laïb, directeur de la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP), que la participation algérienne aux différentes éditions du Midest "est régulière", dans la mesure où le salon "s'inscrit en droite ligne des objectifs stratégiques" du ministère de l'Industrie et des Mines, notamment dans le cadre des différentes usines d'assemblage en Algérie de la filière automobile.

Le nouveau cahier des charges relatif au montage automobile, dont le décret exécutif a été publié au Journal Officiel en décembre dernier, exige des constructeurs de promouvoir la sous-traitance industrielle, notamment en matière de pièces détachées, et de rechercher des partenaires techniques et technologiques pour une intégration forte des produits locaux.

La participation algérienne est soutenue financièrement à hauteur de 80 % par l'Etat algérien, notamment pour ce qui concerne l'aspect logistique, la conception et l'aménagement du pavillon Algérie qui s'étend sur une superficie de 200 m2.

Le leitmotiv des opérateurs algériens, rencontrés par l'APS, est de montrer le savoir-faire algérien dans le domaine de la sous-traitance industrielle, rechercher un partenariat dans le cadre du développement industriel de l'Algérie et passer à l'exportation.

Plusieurs contacts ont été établis avec des opérateurs industriels français, a-t-on, indiqué, qui sont venus découvrir les produits algériens et s'informer sur les opportunités d'affaires en Algérie.

"Des discussions sérieuses ont été entamées avec un opérateur industriel français qui souhaite acheter les produits" d'Orsim, entreprise spécialisée dans la fabrication et la commercialisation des produits de boulonnerie et visserie standard et spécifiques, a indiqué Brahim Melouk, directeur central chez Algerian Group of Mechanics (AGM).

Plusieurs entreprises, ayant acquis un savoir-faire, méritent une attention particulière à l'image d'ALEMO, une Entreprise publique économique, créée en 2002 et filiale à 100 % de l'Entreprise nationale de production de machines-outils (EN-PMO), partenaire du projet Peugeot Algérie.

Cette entreprise est spécialisée dans la fabrication de la machine-outil, la fourniture d'équipements industriels et les prestations de services.

Le point noir de la participation algérienne, ont tenu à signaler les responsables du pavillon Algérie, reste la non délivrance à temps des visas par les consulats français en Algérie pour que la majorité des responsables d'entreprises puissent être présents, déplorant le fait que sur les 20 participants, une dizaine de responsables n'ont pas pu rejoindre le salon qui fermera ses portes vendredi.