ALGÉRIE
19/07/2019 16h:02 CET

Soudan: report des discussions prévues avec le pouvoir militaire

Anadolu Agency via Getty Images

Au Soudan, la signature d’un accord politique entre le régime militaire à Khartoum et l’opposition aura tenue quelques heures avant que plusieurs membres de l’Alliance pour la liberté et le changement émettent des réserves, voire des critiques, contraignant le report des discussions entre les deux camps prévus ce vendredi 19 juillet.

“Nous avons besoin de davantage de consultations pour parvenir à une position unifiée”, a souligné un des leader sans plus de précision. Les groupes rebelles avaient exprimé leur mécontentement dès la conclusion de l’accord mercredi, soulignant que des questions clé comme la nécessité d’amener la paix dans les zones de conflit et de venir en aide aux “populations vulnérables”, n’avaient pas été traitées.

“Malheureusement certaines parties ont choisi de ne prêter aucune attention à ces questions et ont été de l’avant sans consulter leurs collègues”, avait déclaré aux journalistes à Addis Abeba Gibril Ibrahim, le chef du Front révolutionnaire soudanais qui comprend trois groupes rebelles.

Ces groupes ont combattu les forces gouvernementales pendant plusieurs années dans les régions du Darfour, Nil bleu et Kordofan-Sud. Des sources proches des négociations ont indiqué à l’AFP que ces groupes réclament que la “déclaration constitutionnelle” précise que les négociations de paix dans ces trois zones de conflit doivent être une priorité du futur gouvernement de transition.

Dès qu’un accord de paix sera finalisé pour ces zones de conflit, les groupes rebelles souhaitent avoir des représentants au sein de ce gouvernement. Ils veulent aussi l’extradition par le Soudan des personnes accusées de crimes par la Cour pénale internationale (CPI), notamment Omar el-Béchir.