ALGÉRIE
19/08/2019 13h:10 CET | Actualisé 19/08/2019 13h:10 CET

Soudan : Ouverture du procès pour corruption de Omar al-Bachir

Le président déchu Omar el-Béchir escorté de la prison de Kober vers les bureaux du procureur général soudanaise, le 16 juin 2019 au nord de Khartoum|Ebrahim HAMID

Le procès de l’ancien président soudanais Omar al-Bachir s’est ouvert ce lundi 19 août à Khartoum. Omar al-Bachir est arrivé au tribunal où il doit être jugé pour corruption, escorté par un imposant convoi militaire, rapportent des médias. Omar al-Bachir, 75 ans, détenu dans une prison de Khartoum, a été informé par le parquet qu’il faisait face à des accusations de “possession de devises étrangères, de corruption” et pour avoir “reçu des cadeaux illégalement”.

113 millions planqués dans la résidence de l’ex-président

Le chef du Conseil militaire de transition, le général Abdel Fattah al-Burhane, avait révélé que l’équivalent de plus de 113 millions de dollars avaient été saisis en liquide dans la résidence de l’ex-président à Khartoum.

Il avait indiqué que des membres de la police, de l’armée et des agents de sécurité avaient trouvé sept millions d’euros, 350.000 dollars et cinq milliards de livres soudanaises (93 millions d’euros) lors de cette fouille.

En mai, le procureur général a également déclaré que l’ex-président avait été inculpé pour des meurtres commis lors des manifestations qui ont finalement conduit à son éviction, sans que l’on sache quand il devra répondre de cette accusation.

Les protestations contre Omar al-Bachir ont éclaté le 19 décembre après que son gouvernement a triplé le prix du pain, et ont rapidement pris une tournure politique. Elles se sont poursuivies après la chute de l’ancien chef de l’Etat le 11 avril, afin d’obtenir un transfert du pouvoir aux civils, et ont fini par aboutir à un accord signé samedi entre les militaires au pouvoir et la contestation.